Aider les aînés à rester sur leurs deux pieds : Mise en ligne du programme Vivre en Équilibre

Dernière mise à jour : 4 oct.

Au début de l’année 2020, madame Boulay a 81 ans et habite seule dans un appartement d’une résidence privée pour aînés. Préoccupée par son équilibre qu’elle sent plus précaire, elle s’inscrit au programme de prévention des chutes offert au centre communautaire de son quartier. Toutefois, avec l’arrivée de la pandémie, le centre a mis sur pause la majorité de ses activités. Elle n’a donc pas pu bénéficier du programme. Une journée, alors qu’elle se lève après avoir regardé la télévision quelques heures, elle trébuche et se fracture une hanche.


Photo: Stefamerpik - Freepik

Ce scénario aurait-il pu se dérouler autrement ? C’est le pari d’une équipe du Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, dirigée par la chercheuse et ergothérapeute Johanne Filiatrault. Leur projet consiste à adapter le programme de prévention des chutes Vivre en Équilibre en format numérique. Réalisé en collaboration avec le Centre des aînés Côte-des-Neiges et des personnes aînées, ce projet a pour objectif de favoriser le maintien de l’offre de services en prévention des chutes dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

 
  • Vivre en Équilibre est un programme communautaire de prévention des chutes qui cible la peur de tomber et ses conséquences sur le quotidien.

  • Il s’adresse aux aînés qui vivent à domicile, qui sont préoccupés par les chutes et qui se déplacent avec ou sans aide à la marche.

  • Vivre en Équilibre comporte 16 séances d’une heure qui abordent plusieurs thèmes, tels que la peur de tomber, les croyances erronées à propos des chutes, les comportements hasardeux, les risques fréquemment rencontrés dans la maison et les moyens de les réduire.

  • Il comprend un module d’exercices physiques simples à réaliser en groupe et individuellement à la maison.

  • Le programme a été développé afin qu’il puisse être animé par un aîné ayant suivi une formation préalable. L’animation par un pair a démontré ses bienfaits lors d’études portant sur le programme Vivre en Équilibre.

 

Les chutes chez les aînés : un problème d’importance au Québec … qui peut être réduit par la prévention

Chaque année, près d’un aîné québécois sur cinq vivant à domicile tombe. Ce chiffre est inquiétant considérant les conséquences importantes que peuvent avoir les chutes chez cette population. En plus de blessures physiques graves (ex., commotions cérébrales, fractures de hanche, entorses), les chutes peuvent engendrer une diminution de l’autonomie des personnes aînées et une réduction de leur participation sociale. Ainsi, chaque année au Québec, les chutes chez les aînés sont la cause de milliers d’hospitalisations (plus de 19 000 hospitalisations en 2016) et de plusieurs centaines de décès (près de 900 décès en 2012). C’est beaucoup. Beaucoup trop pour un événement qui est évitable et qui, dans le tiers des cas, peut être prévenu.


Au Québec, une part importante des efforts en prévention des chutes auprès des aînés vivant à domicile est investie dans des programmes de groupe combinant des exercices pour améliorer les capacités motrices (équilibre, force) et une composante éducative visant à réduire les facteurs de risque prévalents, incluant ceux souvent présents dans l’environnement domiciliaire et certains comportements à risque. Ces programmes s’adressent généralement aux aînés qui ont récemment fait une chute ou qui sont préoccupés par celles-ci. Ainsi, au début de l’année 2020, un peu partout à travers la province, ces programmes sont offerts dans les centres communautaires ou les CLSC.


Une autre conséquence néfaste de la pandémie : moins de services en prévention des chutes

Au mois de mars 2020, la pandémie a complètement bouleversé l’offre de services en prévention des chutes. Les mesures sanitaires mises en place afin de réduire la propagation du virus ont fait en sorte que les programmes qui étaient offerts en groupe dans la communauté ont été suspendus. À notre connaissance, peu d’organismes qui offraient des programmes de prévention des chutes ont adapté leur offre de services vers un mode en ligne.


Au cours des deux dernières années, les personnes qui présentaient des facteurs de risque de chute ont donc eu un accès très réduit aux services dont ils auraient eu besoin. En outre, cet arrêt de services s’est déroulé dans une période où le risque de chutes de la population aînée a été exacerbé. En raison des mesures sanitaires (confinement, quarantaine), un grand nombre d’aînés ont en effet connu une réduction importante de leur niveau d’activités. Ces changements dans leur mode de vie ont engendré une diminution de leur condition physique, augmentant ainsi le risque de chute au sein de cette population.


La solution : Développer une version numérique du programme Vivre en Équilibre

L’adaptation numérique du programme Vivre en Équilibre est une solution prometteuse afin d’assurer une continuité dans l’offre de services en prévention des chutes pour les aînés dans un contexte de pandémie. Si madame Boulay avait pu participer à un tel programme, c’est une tout autre histoire qui aurait été racontée.


Il demeure toutefois certaines barrières pour l’accès au programme virtuel, notamment un faible niveau de littératie numérique chez certains groupes d’aînés, de même qu’un manque de ressources pour se procurer les équipements nécessaires. Il est crucial de prendre en considération ces enjeux dans l’adaptation des programmes comme Vivre en Équilibre afin de favoriser un accès équitable aux services de prévention des chutes.

 

Roxane DeBroux Leduc, erg., M.Sc., étudiante au doctorat en sciences de la réadaptation et étudiante du séminaire PLU 6048 – Connaissances et innovations en santé

Johanne Filiatrault, erg., Ph.D., Professeure à l’École de réadaptation de l’Université de Montréal, Chercheuse au Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal