Des micros robots pourront-ils un jour nager dans notre corps?



Ce n’est pas encore pour demain, mais cette technologie pourrait bien devenir une réalité si les travaux de l’équipe de Peer Fischer avancent dans les prochaines années. Cette équipe de chercheurs du Max Planck Institute for Intelligent Systems de Stuttgart en Allemagne a eu l’idée de copier la nage des coquilles Saint-Jacques comme système de propulsion de petits robots de taille microscopique (soit 300 µm ou 0,3 mm) qui à terme seraient capables de se déplacer dans les fluides corporels.

Seul problème, à des échelles microscopiques les lois de la mécanique des fluides sont difficilement applicables, c’est-à-dire que le mouvement qu’effectuent les coquilles Saint-Jacques pour avancer ne peut plus fonctionner. Sans rentrer dans les détails, le mouvement de va-et-vient ferait faire du sur place aux robots.

Qu’à cela ne tienne, les chercheurs ont eu l’idée d’utiliser une propriété de certains fluides qui fait qu’ils offrent moins de résistance quand un objet se déplace rapidement. Les robots ont donc un mouvement rapide en propulsion, mais un mouvement plus lent pour écarter leurs deux parties symétriques avant de se rétracter de nouveau.

À cette échelle, impossible d’utiliser des moteurs, les robots sont mus par un champ électromagnétique externe qui excite leurs pôles sud et nord. L’équipe de l’Institut Max Planck a récemment publié un article dans Nature intitulé Swimming by reciprocal motion at low Reynolds number.

Voici également une présentation vidéo de leur concept.


Hinnovic.org

7101, avenue du Parc 

H3N 1X9, Montréal

hinnovic@gmail.com

  • Facebook
  • Twitter