Nouvel espoir dans la mise au point d’une rétine artificielle



La dégénérescence maculaire est un symptôme du vieillissement qui peut avoir pour conséquence la détérioration sévère de la qualité de vie puisqu’elle peut conduire à une perte de la vision. Réussir à créer une prothèse rétinienne qui permettrait de redonner un peu de vision aux personnes souffrant de défaillance de la rétine serait une avancée considérable.

Toutefois, reproduire de façon artificielle la complexité de la rétine est une tâche ardue et les tentatives ont jusqu’à maintenant produit des rétines qui offrent une basse résolution principalement à cause du manque de finesse des matériaux utilisés faisant appel aux composés métalliques et au câblage trop grossier.

Une équipe interdisciplinaire de chercheurs israélo-britannique pense avoir trouvé la solution en ayant recours aux matériaux semi-conducteurs et aux nanotubes de carbone afin de créer une prothèse sensible à la lumière, autonome car non reliée à une source électrique et assez flexible. La prothèse aurait aussi la capacité de mieux transmettre le signal lumineux en impulsions électriques au nerf optique, condition sine qua non pour la création d’une prothèse efficace.

Les travaux de l’équipe de chercheurs ont été publiés dans la revue Nano Letters de l’American Chemical Society. L’article est disponible ici.

Auteur :Jérémy Bouchez Hinnovic.org

#rétine #semiconducteurs #prothèse #nanomatériaux #vision

Hinnovic.org

7101, avenue du Parc 

Montréal (Québec) H3N 1X9

hinnovic@gmail.com

  • Facebook
  • Twitter