Les événements indésirables dans les établissements de santé et de services sociaux: Quel est le pro



Définition et ampleur du problème

Un événement indésirable est généralement défini comme une blessure ou une complication causée par les soins reçus par un patient. Lorsque de tels événements se produisent, on parle de problème de sécurité des patients ("patient safety") ou de sécurité des soins.

L’événement qui a eu le plus d’écho et suscité une prise de conscience des autorités sanitaires est sans doute la publication en 2000 du rapport de l’Institute of Medicine (2000) des États-Unis "To err is human". Ce rapport estimait que jusqu’à 98,000 personnes mouraient chaque année aux États-Unis, victimes d’un événement indésirable.

Les problèmes de sécurité des patients ont été mesurés principalement pour les soins hospitaliers de courte durée physique. Des études menées dans différents pays ont montré qu’entre 3,7% et 16,6% des hospitalisations étaient associées à un événement indésirable. Une étude canadienne réalisée dans cinq provinces a trouvé un taux d’événements indésirables de 7,5%, dont 36,7% étaient évitables (Baker et al 2004). Une étude semblable réalisée au Québec a montré que 5,6% des admissions d’adultes pour diagnostics non

Une enquête a été réalisée en 2007 par le Commonwealth Fund de New York auprès d’un échantillon de 1000 à 3000 patients dans sept pays industrialisés pour connaître leur perception de la qualité des soins de santé de toute nature qu’ils ont reçus au cours des deux dernières années (Schoen et al 2007). Les résultats montrent qu’entre 12% et 20% des patients déclarent avoir été victimes d’une erreur quelconque (médicale, médicamenteuse ou examen de laboratoire). Le Canada obtient le deuxième pire score avec 17% des patients.

Quelques causes des problèmes de sécurité


Pistes de solutions

Quand des soins tournent mal, la première réaction de bien des gens est de tenter de trouver un coupable. Or, puisque les causes des problèmes sont davantage systémiques, il est préférable de modifier le système et les processus de soins plutôt que de blâmer les individus (Institute of Medicine 2000).

Pour avoir un système de santé sécuritaire, deux conditions préalables sont nécessaires: il faut développer une culture de sécurité et disposer des systèmes d’information requis pour la soutenir. Une culture de sécurité doit encourager tous les acteurs d’une organisation à prendre trois types d’actions:


documenter les événements indésirables

prendre les moyens nécessaires pour les prévenir

réduire les conséquences des événements indésirables et corriger les processus fautifs.

Pour qu’un établissement puisse agir sur les zones problématiques de sécurité de ses soins, il lui faut un système efficace de recension des événements indésirables et d’analyse de leurs causes. Ce n’est qu’avec une documentation détaillée et continue qu’un établissement pourra mettre en place les deux autres types d’actions.


Auteur :Régis Blais, Ph.D. Département d’administration de la santé Université de Montréal

RÉFÉRENCES


Baker GR, Norton PG, Flintoft V et al (2004). The Canadian adverse events study: the incidence of adverse events among hospital patients in Canada. Canadian Medical Association Journal 170(11): 1678-1686.

Blais R, Tamblyn R, Bartlett G et al (2004). Incidence d’événements indésirables dans les hôpitaux québécois. Rapport de recherche R04-06. Groupe de recherche interdisciplinaire en santé. Université de Montréal.

Institute of Medicine (2000). To err is human: building a safer health system. Washington, DC: National Academy Press.

Reason JT (1997). Managing the risks of organizational accidents. Brookfield, NY: Ashgate.

Schoen C, Osborn R, Doty MM et al. (2007). Toward higher performance health systems: adults’ health care experiences in seven countries, 2007. Health Affairs 26 (6): w717-w734.

Hinnovic.org

7101, avenue du Parc 

H3N 1X9, Montréal

hinnovic@gmail.com

  • Facebook
  • Twitter