Le financement de la fécondation in vitro par les régimes publics – Trois exemples



Trois pays, trois situations


Belgique


Plus précisément, les femmes de 42 ans et moins peuvent se prévaloir d’un maximum de six cycles de FIV (un cycle comprend l’ensemble des étapes, de la stimulation ovarienne au transfert d’embryons) payés par la sécurité sociale. Chez les femmes de 35 ans et moins, on transfère un seul embryon lors des premiers et seconds cycles, à moins que la qualité des embryons soit insuffisante. Pour les essais suivants, deux embryons peuvent être transférés. Chez les femmes de 36 à 39 ans, deux puis trois embryons peuvent être transférés. Aucune limite n’est fixée pour les femmes de 40 ans et plus (Idem).

Selon les données compilées pour une clinique, 18 mois après l’entrée en vigueur de la loi, le taux de grossesses multiples avait chuté de 19%, mais le taux de grossesses avait également diminué de 6% (de 33% à 27%) (Salame et al. 2007).


Royaume-Uni

En 2004, le National Institute for Clinical Excellence (NICE, 2004) recommandait que le NHS paie jusqu’à trois cycles de FIV pour les femmes de 23 à 39 ans ayant un problème de fertilité dont la cause était identifiée ou qui durait depuis au moins trois ans. Au-delà de trois cycles, l’efficacité de la FIV serait douteuse selon l’institut. Celui-ci recommandait également de ne transférer que deux embryons à la fois. Dans les faits, la directive du NICE est très peu et très inégalement appliquée sur le territoire du Royaume-Uni. Ce sont les instances régionales du NHS qui déterminent l’éligibilité des couples et la couverture offerte.



Canada


L’encadrement des procédures utilisées en FIV ne relève pas d’un organisme étatique. La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada et la Société canadienne de fertilité et d’andrologie (SOGC et SCFA, 2006) ont émis des lignes directrices relatives au transfert d’embryons, afin de réduire les grossesses multiples. Il est recommandé de favoriser le transfert d’un seul embryon, quand le pronostic est positif, chez les femmes de moins de 35 ans. Le transfert de plus de quatre embryons peut être envisagé pour les femmes ayant un mauvais pronostic. En 2006, dans les cliniques canadiennes, le taux de naissances vivantes était de 27% par cycle, avec des variations importantes selon l’âge des mères (< 35 ans = 34%, 35-39 = 26%, ≥ 40 = 11%). 30% des naissances étaient multiples; pour 95% d’entre elles, il s’agissait de jumeaux (SCFA/CFSA, 2008).


Auteure :Geneviève Daudelin, Ph.D.

RÉFÉRENCES


BFS 2008. New guidelines for elective single embryo transfer in IVF treatment, Press Release, September 3.


HFEA 2007, HFEA calls for a national strategy to reduce the biggest risk of fertility treatment – Multiple births, Press Release, December 4.


NICE 2004. Fertility: assessment and treatment for people with fertility problems. Clinical Guidelines 11, February.


Salame Y, Englert Y, Emiliani S, Revelard P, Delbaere A, Devreker F 2007. Le transfert d’un embryon unique : impact de la nouvelle loi belge sur les résultats du Centre de fécondation in vitro (FIV) de l’Hôpital Erasme. Revue médicale de Bruxelles, 28(2) :73-81.


SCFA/CFSA 2008. Human Assisted Reproduction 2008. Live Birth Rates for Canada, Press release, December 15.


SOGC et SCFA 2006. Directive clinique en ce qui concerne le nombre d’embryons à transférer à la suite de la fécondation in vitro. Journal d’obstétrique et gynécologie du Canada, 182: 814-31.


Van Steirteghem A 2005. Le nombre d’embryons transférés et le taux de grossesse : l’expérience belge. Journées de techniques avancées en gynécologie et obstétrique, www.lesjta.com (page consultée le 25 février 2009).

Hinnovic.org

7101, avenue du Parc 

Montréal (Québec) H3N 1X9

hinnovic@gmail.com

  • Facebook
  • Twitter