La médecine régénérative et la nanomédecine en lutte contre le vieillissement


Annulant la distinction entre le normal et le pathologique, la médecine régénératrice vise à reproduire artificiellement les processus biologiques permettant au corps de se reconstituer aux niveaux tissulaire, cellulaire et moléculaire. Il ne s’agit plus, comme dans le cas de la médecine clinique, de conserver l’état d’équilibre du corps en luttant contre les maladies, mais plutôt de combattre la dégénérescence en elle-même.


Ainsi, l’objectif n’est plus la guérison, mais bien la régénération, ce qui en soit ne suppose aucune limite. Définie par les IRSC comme une série de « mesures ou interventions biomédicales spécialisées à l’échelle moléculaire qui servent à diagnostiquer et à traiter des maladies ou à redonner leurs fonctions à des tissus ou à des organes endommagés », la nanomédecine est au centre de ce nouveau paradigme biomédical (IRSC, 2005). Aux yeux d’un grand nombre d’experts internationaux, l’une des principales questions éthiques soulevées par le développement de la nanomédecine et de la médecine régénératrice réside dans l’effacement des frontières entre guérison et amélioration. Ainsi, le vieillissement devient en lui-même une maladie qu’il faut combattre et les personnes âgées ne sont perçues que sous l’angle de la dégénérescence. Au delà du traitement clinique des maladies, ce nouveau paradigme biomédical vise précisément à améliorer les capacités humaines par le biais de nanorobots et de la maîtrise des processus moléculaires responsables de la sénescence cellulaire. À ce titre la National Science Foundation a publié un rapport intitulé Converging Technologies for improving Human Performance qui présente les potentialités de la nanomédecine sous l’angle d’une amélioration des performances du corps humain, notamment en matière de lutte contre le vieillissement (NSF, 2002).


Quand le vieillissement devient une maladie chronique


Auteure :Céline Lafontaine, Professeure agrégée, Département de sociologie Université de Montréal

RÉFÉRENCES

IRSC, Instituts de recherche en santé du Canada (2008), Médecine régénérative et nanomédecine. Investir aujourd’hui dans la promesse de demain


Roco M et Bainbridge W, s (2002), Converging Technologies for Improving Performance, National Science Foundation


De Grey, A (2008), Projet SENS


The European Group on Ethics in Science and Technologies of the European Commission (2007), Opinion on the Ethical Aspects of Nanomedicine


President’s Council on Bioethics (2003) “Ageless Bodies”, chapter 4 of Beyond Therapy: Biotechnology and the Pursuit of Happiness

Hinnovic.org

7101, avenue du Parc 

Montréal (Québec) H3N 1X9

hinnovic@gmail.com

  • Facebook
  • Twitter