La médecine militaire : un contexte particulier qui permet de faire avancer la réflexion éthique



En ce sens, la médecine militaire constitue un champ d’étude propice à l’exploration de la réflexion éthique en médecine tant au niveau pratique (comment les médecins prennent leur décision éthique) que théorique (définition et analyse des conflits potentiels).


Dans un contexte où les frontières entre les opérations militaires, humanitaires et diplomatiques sont plus diffuses, il devient parfois difficile de préciser les rôles des différents intervenants. C’est le cas pour les médecins militaires qui peuvent ressentir des tensions éthiques du fait que, dans le cadre d’un conflit, ils sont à la fois des soignants, des membres d’une force de combat et des citoyens d’un pays donné. Comme c’est le cas aussi dans la vie civile, l’action du médecin peut ainsi avoir des visées thérapeutiques, mais également sociales et politiques.

Selon Annas (2008), au cours des récentes guerres en Afghanistan et en Irak, les médecins militaires américains auraient fait face à trois défis éthiques majeurs : aider aux interrogatoires de suspects terroristes, participer à l’alimentation forcée des prisonniers en grève de la faim et certifier la capacité de retour au combat de soldats pour qu’ils soient redéployés en Irak ou en Afghanistan.


Pourtant la complexité de la problématique éthique d’un médecin n’est pas propre aux médecins militaires. Tout médecin est en relation avec un patient, mais aussi avec une institution et une société. Réduire son rôle et sa responsabilité à la dynamique avec le patient ne tient pas compte de toute la réalité professionnelle médicale d’aujourd’hui. D’autant plus que, dans le contexte militaire, le patient est un soldat combattant et accepte, en devenant membre des forces armées, de reléguer certains de ses droits et de son autonomie à l’institution militaire.

En constatant les dilemmes potentiels que peuvent rencontrer les médecins militaires, nous pouvons nous demander s’il est acceptable, d’un point de vue éthique, d’imposer un choix entre le bien-être collectif et celui du patient aux professionnels de la santé. Par ses caractéristiques particulières, la médecine militaire nous force ainsi à reconnaître et même à admettre la nature systémique du conflit éthique. La société dans son ensemble, les institutions desquelles relève le médecin, tout comme sa propre conception de sa profession, ainsi que l’intérêt du patient, sont autant de facteurs qui jouent et s’entrecroisent pour définir les choix éthiques dans un contexte donné. Le fait de reconnaître cette dynamique plurielle pourrait contribuer à faire avancer la réflexion éthique pour tous les professionnels de la santé, quel que soit leur contexte de travail. C’est d’ailleurs le but que s’est fixé le Groupe de recherche sur l’éthique de la médecine militaire (EMMRG) à travers sa recherche sur l’éthique professionnelle et les conflits de rôles chez les professionnels de la santé travaillant dans un contexte militaire.

Auteure : Christiane Rochon Candidate au Ph.D. Sciences humaines appliquées, option bioéthique Université de Montréal

RÉFÉRENCES

Iacopino, V., Waldman R.J. (1999). War and Health: From Solferino to Kosovo-The Evolving Role of Physicians, JAMA; 282: 479-481.


Annas, G. J. (2008). Military Medical Ethics: Physicians First, Last, Always, New England Journal of Medicine, 359(11) : 1087-1090.


Sidel, V.W, Levy, B.S. (2003). War Terrorism and Public Health. Journal of Law, Medicine and Ethics, 31 : 516-523.

Hinnovic.org

7101, avenue du Parc 

Montréal (Québec) H3N 1X9

hinnovic@gmail.com

  • Facebook
  • Twitter