La cyberpsychologie : quand la réalité virtuelle et la psychologie se rencontrent



Depuis quelques années en effet, plusieurs chercheurs se sont penchés sur les avantages que cette technologie peut leur apporter pour traiter certains troubles d’anxiété ou de comportement. Étant donné qu’il existe déjà des traitements efficaces pour traiter les troubles anxieux, qu’est-ce que la réalité virtuelle peut apporter à la psychologie?


La réalité virtuelle reprend certains aspects des thérapies d’exposition car elle permet de recréer un espace faisant l’objet de phobies pour le patient et plus facile à contrôler pour le thérapeute; de plus elle est moins coûteuse que certaines thérapies et aussi efficace.

Lorsqu’on parle de réalité virtuelle appliquée à la psychologie, on fait référence à l’utilisation de l’informatique dans le but de projeter des images en trois dimensions afin de simuler un monde virtuel. Par l’intermédiaire d’interfaces sensori-motrices, l’utilisateur a l’impression d’être présent dans ce monde virtuel. Les interfaces sensorielles informent l’utilisateur par ses sens (en général par la vue, mais ça peut aussi être par l’ouïe, l’odorat ou le toucher) de l’évolution du monde virtuel, alors que les interfaces motrices informent l’ordinateur des actions motrices de l’utilisateur sur le monde virtuel.


Afin de rendre l’environnement virtuel plus réel, il est aussi possible d’ajouter des éléments sensoriels comme du son, des odeurs, du vent ou encore des vibrations qui permettent de recréer une situation particulière. Les vibrations peuvent donner l’impression au patient qu’il se trouve dans un ascenseur ou dans un avion, alors que le vent peut faire croire au patient qu’il se trouve au sommet d’une montagne.


De plus, si la réalité virtuelle semble être efficace pour traiter certains troubles anxieux et certaines phobies, il existe quelques bémols quant à son utilisation. D’abord, certains patients peuvent souffrir d’effets indésirables lorsqu’ils sont immergés dans un monde virtuel. Ces effets s’apparentent souvent au mal des transports et ne concernent qu’un faible pourcentage des patients. Ensuite, les coûts associés à l’achat de matériel peuvent être prohibitifs et ne sont pas à la portée de tous les psychothérapeutes. En effet, même si grâce aux progrès de l’informatique, les prix tendent à diminuer, il faut encore débourser quelques milliers de dollars pour s’équiper convenablement.

Ce mois-ci nous vous invitons à découvrir comment la réalité virtuelle est utilisée pour soigner certaines phobies, mais aussi comment elle peut aider les personnes souffrant de troubles alimentaires ou encore de stress post traumatique.

De votre côté, que pensez-vous de la cyberpsychologie? Pensez-vous que ce mode de traitement peut aider les personnes à aller chercher de l’aide plus facilement? Avez-vous déjà eu l’occasion de vous immerger dans un monde virtuel?

Auteure :Pauline Boinot, M.Sc.

RÉFÉRENCES


Lamson R. (1997), Virtual Therapy: Prevention and Treatment of Psychiatric Conditions by Immersion in Virtual Environments, Polytechnic International Press, Montreal

Riva G., C. Botella, P. Légeron, G. Optale (2004), Cybertherapy: Internet and Virtual Reality as Assessment and Rehabilitation Tools for Clinical Psychology and Neuroscience, Amsterdam: Ios Press

Wiederhold B., Wiederhold M. (2005), Virtual Reality Therapy for Anxiety Disorders. Advances in Evaluation and Treatment, American Psychological Association, Washington DC

Hinnovic.org

7101, avenue du Parc 

H3N 1X9, Montréal

hinnovic@gmail.com

  • Facebook
  • Twitter