La création de tissus et d’organes de remplacement : science ou science fiction ?


Des millions de personnes vivent grâce à des implants et leur qualité de vie en bénéficie largement. La plupart de ces implants sont fabriqués avec des matériaux synthétiques. Bien que la majorité de ces implants fonctionnent, un certain pourcentage est défaillant après des périodes variables selon l’application. Une nouvelle stratégie a donc été envisagée dans les dernières dix-quinze années. Elle est basée sur le fait que les cellules de nos organes et tissus ont la capacité de se régénérer. Cette propriété est la seule qui distingue vraiment les matériaux biologiques des matériaux synthétiques. Et elle constitue la nouvelle frontière pour les chercheurs en bio ingénierie. Pourquoi ne pas reconstruire les parties malades avec des cellules saines du même patient? En commençant avec des parties, on espère être capable un jour de régénérer l’organe en entier …

Les stratégies envisagées sont multiples, mais il existe deux grandes directions à travers lesquelles cette recherche est supposée se réaliser. La première est l’approche de l’auto-assemblage, qui prévoit de cultiver des cellules prélevées sur des tissus de patients sains de façon à former des nouveaux tissus (qui remplaceraient éventuellement un tissu malade).


En effet, la structure doit être mise au point à partir d’un matériau aux propriétés uniques, avec une porosité contrôlée, et une géométrie qui lui permette de reproduire, une fois colonisée par les cellules, les fonctions de l’organe défaillant. Les cellules aussi doivent provenir de source compatible avec ses applications futures, et il semble judicieux d’envisager une provenance directe du patient, à partir de ses tissus sains. Il s’agit, par exemple, d’extraire des cellules vasculaires à partir des vaisseaux sains pour régénérer (hors du corps, dans un environnement contrôlé) un segment artériel fonctionnel qui puisse être implanté pour remplacer un segment artériel malade et désormais dysfonctionnel.



Auteur :Diego Mantovani, Ph.D. Professeur, chercheur et directeur Laboratoire de Biomatériaux et Bioingénierie de l’Université Laval, à Québec

Hinnovic.org

7101, avenue du Parc 

H3N 1X9, Montréal

hinnovic@gmail.com

  • Facebook
  • Twitter