Bas! Un documentaire qui ouvre la voie à une innovation culturelle : valoriser les femmes en Inde



Ce documentaire, soutenu par l’Agence canadienne de développement international et d’autres partenaires, montre comment la Rescue Foundation située à Mumbai, en Inde, sauve, réhabilite et rapatrie des jeunes filles qui ont été vendues à des réseaux de prostitution.

Le documentaire nous en dit juste assez sur la manière dont le trafic est organisé, comment ces jeunes filles sont manipulées et comment les trafiquants et les femmes qui gèrent les bordels coopèrent. Selon la Rescue Foundation, une népalaise de 14 ou 15 ans peut être vendue à un bordel de la région de Mumbai pour 150 000 roupies (environ 3600$CDN). Le documentaire explique également comment ces jeunes filles se font convaincre qu’elles resteront jusqu’à leur mort dans un bordel. L’argument utilisé est que leur âme et leur corps ont été souillés pour toujours et que revenir à la maison ne ramènerait que de la honte à leurs parents et à leurs proches.


Un sentiment grandissant d’inconfort m’a cependant habitée, constatant au fil du documentaire que le mariage représente pour la plupart de ces femmes la principale sinon la seule porte de sortie. Un jour ou l’autre, elles doivent bien quitter la Rescue Foundation et reprendre une vie « normale. » Wendy Champagne et Denis McCready, producteur, étaient tous deux présents à la fin de la projection pour discuter avec l’audience. C’est à ce moment que j’ai compris que plusieurs des hommes qui marient ces jeunes femmes viennent de régions de l’Inde où prédomine un déséquilibre important des genres. Évidemment, j’ai spontanément fait des liens avec des technologies médicales telles que l’échographie et autres tests prénataux qui facilitent, dans les pays où la valeur des femmes est considérée moindre, l’élimination sélective des fœtus féminins.


Bien que cette étude se basait uniquement sur les dossiers hospitaliers (une limite importante compte tenu que le deux tiers des accouchements se déroule hors des institutions médicales), les auteurs ont constaté que le préjudice envers le genre féminin existe peu importe la religion, la caste et le statut socio-économique, même s’il est plus prévalent parmi les classes moyennes que les classes démunies. Cette derrière observation est compatible avec les données de recensement examinées par George (2006)

Revenons maintenant à notre documentaire. Un film comme Bas! permet clairement de conscientiser la population et peut guider des stratégies de prévention afin de réduire le trafic et la prostitution des jeunes filles. Cependant, force est d’admettre que de telles pratiques culturelles possèdent de larges ramifications, incluant ce que l’on perçoit couramment comme étant des « avancées » technologiques.

Voilà une des raisons pour laquelle je crois qu’une autre histoire doit être racontée au sujet des femmes qui survivent à cette épreuve. Elles devraient être valorisées pour ce qu’elles sont : des preuves vivantes que la résilience humaine peut être nourrie. Ce qu’elles ont vécu les rend différentes; elles connaissent mieux certaines des limites de leur pays et savent que les préjudices sociaux doivent être déboulonnés, et non renforcés par les technologies médicales. Peut-être uniquement des hommes éclairés et respectueux de ce qu’elles ont vécu devraient pouvoir prétendre à les marier? Ou peut-être ces femmes devraient pouvoir aspirer à vivre un célibat libre et sans contraintes? L’histoire racontée à leur sujet devrait néanmoins souligner que les innovations culturelles —parfois bien au-delà des percées technologiques— sont parmi les meilleures inventions du monde.

La bande-annonce du film est disponible ici : Bas! Au-delà du Red Light – bande-annonce

Auteure :Pascale Lehoux, Ph.D.

RÉFÉRENCES


Sahni, M., Verma, N., Narula, D., Varghese, R.M., Sreenivas, V., Puliyel, J.M. (2008). Missing girls in India: infanticide, feticide and made-to-order pregnancies? Insights from hospital-based sex-ratio-at-birth over the last century. PLoS One. 3(5):e2224.


George, S.M., (2006). Millions of missing girls: from fetal sexing to high technology sex selection in India. Prenatal Diagnostic. 26(7): 604-9.

Hinnovic.org

7101, avenue du Parc 

Montréal (Québec) H3N 1X9

hinnovic@gmail.com

  • Facebook
  • Twitter