Évolution récente des inégalités sociales de santé au Québec



Les conditions sociales agissent sur la santé dès le plus jeune âge et tout au long de la vie, en en modifiant tout autant la qualité que la durée. Les inégalités sociales de santé existent sous toutes les latitudes depuis aussi longtemps qu’il est possible de les mesurer, et elles persistent toujours. Il n’est donc pas étonnant que, récemment, l’Organisation mondiale de la santé, l’Agence de la santé publique du Canada et le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec aient publié d’importants rapports sur les déterminants sociaux de la santé.

Qu’en est-il alors des inégalités sociales de santé au Québec? Augmentent-elles ou sont-elles plutôt stables ou encore en baisse?

Évolution de la mortalité prématurée

Nous avons voulu répondre à ces questions en considérant l’évolution récente de la mortalité prématurée. Un décès prématuré est celui qui survient avant 75 ans, soit à un âge inférieur à l’espérance de vie moyenne au Québec. Il est souvent évitable, car associé à des habitudes et des conditions de vie connues et modifiables. Deux périodes de décès sont comparées l’une à l’autre : 1989 à 1993 et 1999 à 2003.

La présence d’inégalités sociales est ici observée à l’aide d’un indice de « défavorisation » matérielle et sociale. L’indice combine des informations sur le revenu, la scolarité, l’emploi, l’état matrimonial et le fait ou non de vivre seul ou dans une famille monoparentale. L’indice couvre la presque totalité de la population du Québec (98%) qu’il est possible de classer, de la plus favorisée à la plus défavorisée.


La progression des inégalités de mortalité selon la défavorisation est associée à des causes médicales ou accidentelles qui diffèrent entre les hommes et les femmes. Chez les hommes, cette progression est particulièrement visible pour les cancers colorectal et de la prostate alors que chez les femmes, pareille remontée vaut pour le cancer du poumon et les maladies de l’appareil respiratoire (asthme, bronchite et emphysème). Enfin, tant chez les hommes que chez les femmes, on note une faible progression des écarts de décès par suicide entre personnes défavorisées et favorisées.

Comment expliquer pareille tendance? Pourquoi les écarts sociaux de mortalité prématurée se creusent-ils au cours de la dernière décennie?

Les causes de cette évolution au Québec

La tendance observée n’est pas particulière au Québec et elle est présente dans la plupart des pays industrialisés. Parmi les explications possibles pour le Québec, on peut suggérer une dégradation relative des conditions de vie des personnes les plus défavorisées au cours de la dernière décennie. Ainsi, chez ces personnes, le niveau de scolarité et de revenu

Ces résultats restent cependant très partiels et d’autres études sont nécessaires pour mettre au jour les multiples déterminants sociaux de la santé. En ce qui nous concerne, nous nous sommes intéressés à l’évolution temporelle récente des inégalités sociales de mortalité prématurée selon le milieu géographique au Québec ainsi qu’aux variations actuelles de ces inégalités à l’échelle canadienne.

Si l’ensemble de la population du Québec bénéficiait du taux de mortalité prématurée des personnes les plus favorisées, c’est environ 5636 décès chez les hommes et 2977 décès chez les femmes, soit 40% des décès chez les hommes et 35% des décès chez les femmes, qui seraient épargnés chaque année. Réduire les inégalités sociales de santé constitue ainsi un enjeu majeur de santé publique au Québec.

Résumé inspiré de :Évolution récente de la mortalité prématurée au Québec selon la défavorisation matérielle et sociale. In Frohlich, K, De Koninck, M, Bernard, P. & Demers, A. (Éds.) Les inégalités sociales de santé au Québec. Chapitre 1. PUM, Montréal, 2008.



Auteurs :Robert Pampalon, Ph.D. Denis Hamel Philippe Gamache


Adapté par :Robert Pampalon, Ph.D. Institut national de santé publique du Québec

RÉFÉRENCES

Pampalon, R. Hamel, D. & Gamache, P. Recent changes in the geography of social disparities in premature mortality in Québec. Social Science & Medicine 2008, 67: 1269-1281.


Pampalon, R. Hamel, D. & Gamache, P. (2008) Les inégalités sociales de santé augmentent-elles au Québec ? Les Publications de l’INSPQ.


Pampalon, R. Hamel, D. & Gamache, P. (2009) Un indice de défavorisation pour la planification de la santé au Canada/A deprivation Index for Health Planning in Canada. Maladies Chroniques au Canada/Chronic Diseases in Canada. En révision. Under review.

Hinnovic.org

7101, avenue du Parc 

Montréal (Québec) H3N 1X9

hinnovic@gmail.com

  • Facebook
  • Twitter