Hinnovic » Voici la première pompe-seringue en licence libre

Voici la première pompe-seringue en licence libre

OpenPump150xRéduire de 90 à 95 % le coût d’une technologie médicale tout en ne brevetant pas le produit. C’est le défi que s’est lancé l’équipe de Gerrit Niezen, chercheur postdoctoral à la Swansea University au Pays de Galles.

Les pompes-seringues sont principalement utilisées dans le milieu médical afin d’administrer des doses de médicaments présents dans la chimiothérapie ou encore de la morphine, mais peuvent aussi être utiles dans les laboratoires de recherche ou dès qu’il est nécessaire de contrôler finement le débit d’un fluide de façon automatisée. Comme le précise Gerrit Niezen, «les modèles les plus simples peuvent coûter 500 $, mais certaines versions plus complexes peuvent atteindre 10 000 $» ce qui peut représenter un budget conséquent dans les pays pauvres, mais qui s’avère également une dépense de plus en plus importante dans les pays riches.

C’est en se basant sur un concept de servomoteur linéaire développé en licence libre par le Michigan Tech Open Sustainability Technology Lab que Niezen a eu l’idée de créer une pompe-seringue entièrement conçue avec des parties facilement disponibles pour un prix modique dont certaines pouvant même être imprimées en 3D. Résultat : le coût de fabrication est de 5 à 10 % celui d’une pompe brevetée. Et il y a plus. Niezen pense que du fait de leur simplicité, ces modèles en licence libre peuvent être plus sécuritaires et moins sujets aux erreurs que les modèles vendus sur le marché. Il rappelle que les erreurs médicales représentent 17 % des décès en occident, soit en 3e position derrière le cancer ou les maladies cardiaques.

Pourquoi un prix si peu cher? C’est tout l’avantage des produits conçus sous licence libre. Ils évitent d’avoir à dépenser des sommes importantes induites par le brevetage et plus tard par le marketing. De plus, si un produit est très innovant, il devra passer des tests d’homologation plus stricts et longs qu’un produit plus classique, tout ceci engendrant des frais élevés. En bref, la technologie assez simple des pompes-seringues ne justifie par leur coût, c’est la mise au point du produit, sa certification et son marketing qui rend les modèles très chers.

Au contraire, la technologie d’une pompe-seringue comme la OpenPump appartient à tout le monde et elle peut être améliorée par n’importe qui, tout comme son logiciel, cela ayant pour effet d’augmenter sa sécurité. Finalement, tous les fabricants utilisent le même design, facilitant l’interopérabilité avec d’autres équipements.

Il convient donc de soutenir ce type d’initiative afin de montrer la viabilité des innovations responsables. Dans une perspective d’innovation frugale, il serait également pertinent que les technologies médicales en licence libre prennent leur place dans les pays riches.

 

 

 

Auteur : Jérémy Bouchez Hinnovic.org

 

3 commentaires

  1. Fabio Balli dit :

    Un beau projet. L’open design permet d’être en lien avec les besoins réels des utilisateurs. Merci pour le partage.

    • Jérémy Bouchez dit :

      Merci Fabio! Espérons que ces initiatives inspirent d’autres concepteurs et ingénieurs afin de faire profiter à la société leur ingéniosité et idées innovantes.

  2. Benoit Larose dit :

    Intéressant… mais attention au simplisme apparent. L' »Open Design » ne soustrait pas le concepteur aux impératifs réglementaires qui peuvent être assez rigoureux (Classe 3 au Canada). De plus, les coûts de mise à l’échelle de la production ne sont pas négligeables, en fabriquer un lot sur le bench, c’est une chose, mais en fabriquer quelques centaines selon les specs, c’est autre chose…

    La PI n’est pas le seul facteur qui explique les prix d’une technologie médicale, c’est un facteur moins important que dans le secteur pharmaceutique, par exemple.

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter0Share on Facebook2Share on LinkedIn0Print this page