Hinnovic » Utilisateurs + concepteurs = meilleure innovation?

Utilisateurs + concepteurs = meilleure innovation?

Utilisateurs + concepteurs = meilleure innovation?Une petite histoire de la radiologie

À la fin du 19e siècle, le physicien Wilhelm Röntgen s’intéresse aux rayons cathodiques. Il découvre accidentellement que certaines formes de rayonnement traversent la paroi du tube cathodique et peuvent être détectées. Röntgen publie en 1895 un article sur sa découverte traitant notamment du pouvoir de pénétration du « rayon X ».

 

L’article est accompagné d’une photographie de la main de sa femme montrant ses os et une bague. L’expérience relativement simple à reproduire fait sensation dans le monde. Plusieurs compagnies saisissent le potentiel économique et produisent rapidement des appareils à rayons X destinés à une diversité d’utilisateurs : physiciens, ingénieurs, photographes, cliniciens et grand public. Considérés comme un objet de divertissement ou de recherche scientifique, les rayons X tardent à s’implanter dans le monde médical. Les cliniciens sont d’abord réticents à l’utiliser. Ils se méfient de la pléthore d’experts en radiologie sans formation médicale.

 

Le portrait change complètement après la Première Guerre mondiale. Le potentiel diagnostic devient alors beaucoup plus apparent pour les cliniciens tout comme le potentiel d’un nouveau marché pour les industriels. L’utilisation des rayons X s’accentue dans les centres hospitaliers et pousse la radiologie à se professionnaliser comme spécialité médicale. Cette professionnalisation aura pour effet de restreindre l’utilisation des rayons X aux radiologistes qualifiés et de démarquer un groupe spécifique d’utilisateurs pour l’industrie. Le processus d’innovation des appareils à rayon X évolue; une forte interdépendance entre concepteurs et utilisateurs cliniques se crée. À partir de cette période, ils œuvreront étroitement dans le développement subséquent des appareils à rayon X dans le domaine médical.

 

Création d'une nouvelle spécialité médicale : la radiologieCette petite histoire de la radiologie démontre bien le lien fort qui peut exister entre des utilisateurs, des concepteurs et une technologie. Les radiologistes collaborent graduellement à la transformation des appareils à rayon X qui façonnent à leur tour ces utilisateurs cliniques. Il se crée même une nouvelle spécialité médicale, la radiologie, sous l’impulsion du développement des appareils à rayon X et de l’intérêt croissant du corps médical pour cette technologie. D’autres exemples d’innovation dans le domaine de la santé (Blume, 1992) démontrent également ce rôle prépondérant des utilisateurs dans le développement, l’acceptation et la diffusion des nouvelles technologies médicales.

 

L’implication des utilisateurs dans les processus d’innovation médicale

Il y a actuellement un intérêt marqué pour l’élaboration de moyens qui formalisent une participation accrue des utilisateurs (cliniciens, patients, proches aidants, etc.) dans les processus d’innovation médicale (Shah, Robinson et coll., 2009). Cette implication des utilisateurs dans les processus d’innovation constituerait un gage de réussite pour les innovations médicales (Shaw, 1985). Les utilisateurs sont habituellement considérés comme des acteurs clés dans l’acceptation et la diffusion de nouvelles technologies. Ils sont aussi vus comme des sources importantes pour définir les besoins réels dans les milieux de pratiques. Ils peuvent informer les concepteurs de leur expérience quant aux contextes concrets d’utilisation des produits. Ils sont susceptibles également de générer de nouvelles idées ou proposer des améliorations à apporter afin de produire des innovations médicales plus sûres, efficaces et utiles. Par conséquent, une collaboration plus formelle et soutenue entre les utilisateurs et les concepteurs mènerait logiquement à une meilleure articulation problèmes/solutions et donc, à de meilleures innovations.

 

D’ailleurs, de nombreuses approches ont été développées pour faire interagir les concepteurs et les utilisateurs. Il est possible de les regrouper sur la base d’un continuum d’engagement des utilisateurs dans les processus d’innovation médicale :

 

Cliquez pour consulter en pleine grandeur

(Cliquez sur le timbre pour consulter en pleine grandeur)

 

Diverses innovations, diverses collaborations

Toutefois, le lien entre une plus grande collaboration des utilisateurs et des concepteurs et de meilleures innovations n’est pas évident. Plusieurs contraintes existent. Les utilisateurs n’ont pas toujours les connaissances ou les compétences nécessaires pour s’engager dans le processus d’innovation. Les utilisateurs tout comme les concepteurs sont parfois peu intéressés à s’investir dans un tel partenariat d’autant moins qu’ils proviennent de cultures différentes (Money, Barnett et coll., 2011). La communication entre les deux est parfois difficile à établir. La collaboration varie également puisqu’il existe une grande hétérogénéité d’utilisateurs et de contextes d’utilisation. Aussi, la collaboration exige des ressources (temps, argent, personnel) qui sont souvent limitées de part et d’autre. Enfin, les cadres organisationnel, réglementaire et éthique imposent leurs propres logiques aux processus d’innovation et à la collaboration.

 

Pour revenir à la radiologie, cette histoire révèle que la collaboration entre les utilisateurs et les concepteurs évolue. Au cours du processus d’innovation, les concepteurs de technologies anticipent et définissent les préférences, besoins et compétences des utilisateurs potentiels pour les inscrire dans la nouvelle technologie. Souvent, cette anticipation ne repose que sur l’expertise et les connaissances Plusieurs modèles de collaboration se côtoientdes concepteurs (ce qu’ils croient être les utilisateurs typiques et leur contexte d’utilisation) comme dans les débuts de la radiologie. Dans d’autres occasions, elle implique formellement des utilisateurs dans le développement comme lors de la professionnalisation de la radiologie. Ainsi, plusieurs modèles de collaboration entre les utilisateurs et les concepteurs se côtoient et se valent. Il n’y a donc pas de modèle unique de collaboration permettant d’obtenir de meilleures innovations. Il faut savoir adapter la collaboration aux besoins et capacités des acteurs concernés.

Auteur : Olivier Demers-Payette, M.Sc.
Étudiant au Ph.D. en santé publique

 

RÉFÉRENCES

  • Blume S.S. (1992). Insight and Industry. On the Dynamics of Technological Change in Medicine. Cambridge Massachusetts, MIT Press.

  • Money A.G., Barnett J., Kuljis J., Craven M.P., Martin J.L., Young T. (2011). The role of the user within the medical device design and development process: medical device manufacturers’ perspectives. BMC Medical Informatics and Decision Making, 11: 15.

  • Shah S.G. S., Robinson I., AlShawi S. (2009). Developing medical device technologies from users’ perspectives: A theoretical framework for involving users in the development process. International Journal of Technology Assessment in Health Care, 25 (4): 514-521.

  • Shaw B. (1985). The Role of the Interaction between the User and the Manufacturer in Medical Equipment Innovation. R&D Management, 15 (4): 283-291.

 

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter0Share on Facebook1Share on LinkedIn0Print this page