Hinnovic » Soigner la santé sans dégrader l’environnement

Soigner la santé sans dégrader l’environnement

Crédit photo : neuwieser via Flickr

Saviez-vous que « Les hôpitaux sont responsables de plus du tiers des émissions de CO2 » ou encore que « l’incinération des déchets médicaux (produits plastiques, chimiques, radioactifs et pharmaceutiques) constitue la troisième source en importance d’émission de dioxine dans l’air » ? Ces données ont probablement évolué depuis 2011, date à laquelle nous nous intéressions déjà aux impacts environnementaux du système de santé au travers de ce billet.

À une époque à laquelle plus personne ne peut nier l’urgence d’agir pour préserver l’environnement, nous avons voulu réserver un dossier entier à une problématique peu connue du grand public et des décideurs, voire même des professionnel.les de la santé.

Matières résiduelles, gaz à effet serre, produits toxiques ou radioactifs, la liste des nuisances environnementales imputables au système de santé est longue. Encore trop souvent considérées comme des externalités par de nombreux gestionnaires, ces nuisances font pourtant de plus en plus l’objet d’une prise de conscience par des docteur.es, des directeurs et directrices d’établissements, des infirmiers et infirmières et même par des patients. Notre billet long dresse un état des lieux général de la situation pour ensuite mentionner quelques réalisations au Québec et à l’étranger.

Parlant de professionnel.les de santé conscientisé.es, Éric Notebaert figure parmi les plus actifs au Québec. Ce médecin urgentiste s’est intéressé à la protection de l’environnement avant la santé, selon ses propres mots. Dr Notebaert est membre de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement. Il est très actif au sein de l’hôpital de la Cité-de-la-Santé à Laval. Il nous a accordé une entrevue vidéo dans laquelle il fait un bilan non exhaustif des impacts du système de santé sur l’environnement, pour ensuite mentionner quelques projets inspirants dans plusieurs établissements au Québec et aux États-Unis.

Bien sûr, qui dit système de santé dit médicaments et contaminants d’intérêt émergent. Nous avons choisi de nous intéresser à ces deux aspects en invitant deux spécialistes dans ces domaines. Le premier, Marc-André Mailhot, est pharmacien et président fondateur de Maillon Vert, un organisme qui propose des conseils et des solutions aux pharmacies qui désirent améliorer leur performance environnementale. Dans cette entrevue vidéo inspirante, il nous explique sa démarche et insiste sur les aspects bénéfiques associés à un « virage vert » entrepris par une pharmacie.

Sébastien Sauvé est professeur titulaire au département de chimie de l’Université de Montréal. Il s’est spécialisé dans l’étude des contaminants d’intérêt émergent et les impacts des médicaments dans l’environnement. En déplacement à Paris, il nous a fait le plaisir de s’entretenir avec nous de l’importance de conscientiser le grand public sur les quantités toujours plus importantes de composés chimiques que nous rejetons dans la nature.

Auteur : Jérémy Bouchez
Hinnovic.org

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.