Hinnovic » Quand une technologie de la santé devient-elle obsolète?

Quand une technologie de la santé devient-elle obsolète?

Technologie obsolète

Les sept étapes de McKinlay et la responsabilité des professionnels de la santé

Les professionnels de la santé et leurs associations deviennent souvent les principaux promoteurs d’une innovation et, une fois celle-ci établie, ils s’en font les principaux défenseurs, parfois même devant un nombre grandissant d’études appelant à la prudence dans l’utilisation de cette technologie. 

 

 

Il y a plus de 25 ans, McKinlay décrivait sept étapes dans la “carrière” d’une innovation, allant de sa découverte jusqu’à sa mise au rancard. Une étude récente sur l’hormonothérapie a démontré que ces étapes sont encore pertinentes pour décrire le phénomène (Wright, 2005).

 

HormonothérapieSelon Wright (2005), l’hormonothérapie a été redéfinie : d’une intervention destinée aux femmes souffrant de forts symptômes de ménopause, elle est devenue une intervention destinée à toutes les femmes ménopausées. Cet élargissement des indications visait à permettre aux femmes non seulement de se sentir mieux, mais de prévenir certains problèmes reliés au vieillissement comme l’ostéoporose. L’hormonothérapie s’est donc peu à peu établie comme un bien souhaitable, une procédure normale, jusqu’à ce que de nouveaux essais randomisés mettent en évidence certains risques accrus de cancer et de complications cardiovasculaires. Ces études ont suscité une controverse qui perdure encore au sein des professionnels de la santé.

 

Les 7 étapes selon McKinlay 

Courbe McKinlay

La courbe en “s” de McKinlay suppose que la ligne, à la fin, chute vers l’obsolescence.

 

 

1- Le rapport prometteur

Il semble que la carrière d’une innovation soit lancée par l’apparition d’un rapport enthousiaste sur les performances prometteuses d’une innovation. Cette apparition se fait de plus en plus par l’intermédiaire des médias.

2- L’adoption par les professionnels et organisations de santé 

Il se produit un mouvement à partir duquel le soutien jusqu’à maintenant éparpillé dont bénéficiait cette innovation se transforme en une adoption plus généralisée de puissants groupes d’intérêts incluant entre autre l’adoption par des associations de professionnels de la santé.

3- L’acceptation populaire et l’appui étatique

À cette étape, il s’est installé au sein du public une croyance généralisée à l’effet que cette innovation est “une bonne chose” et qu’elle devrait être accessible.

4- La procédure standard et les rapports d’observations

Il s’en suit une période pendant laquelle l’innovation devient la “procédure standard.” Elle devient perçue et acceptée par les partis intéressés la façon la plus appropriée de solutionner un problème de santé.

5- Les essais randomisés

La valeur de l’innovation semble déterminée par le simple volume de rapports d’observation à son sujet. Cependant, rares sont les rapports qui remettent en cause l’efficacité de l’innovation.

6- La dénonciation professionnelle

Les essais randomisés qui semblent contredire ou remettre en question l’innovation reçoivent une réaction hostile de la part de l’establishment médical.

7- L’érosion et la discréditation

Après un certain temps et de façon graduelle, l’innovation commence à perdre du terrain en termes de soutien. On commence à en limiter l’application à un certain type de clientèle ou pour des stades particuliers de la maladie, etc. Puis, elle finit par être éclipsée par une “étoile montante.”

Source : Wright, J. (2005: 1090-1095)

 

Le rôle limité des données probantes

  • Le modèle de McKinlay met de l’avant, de façon ironique mais réaliste, le côté subjectif de l’adoption d’une innovation. Rarement l’adoption généralisée de l’innovation se fonde principalement sur des données solides. McKinlay insiste même sur le fait qu’une fois l’innovation adoptée et devenue procédure établie, il faudra de nombreuses analyses antagonistes avant que l’on ne la remette en question.

 
  • Si des professionnels et des gestionnaires informés et rationnels peuvent être littéralement séduits par l’innovation, on comprend mieux pourquoi notre société persiste à croire qu’elle est nécessairement source de progrès.

     

     

Retournez au dossier sur :
Les innovations médicales

 

Analyse inspirée d’un chapitre du livre en préparation : “Le privé dans la santé : un débat sans fin?”
Auteurs : Pascale Lehoux, Ph.D., et Myriam Hivon, Ph.D.
Adaptation : Pascale Lehoux, Ph.D.

 

RÉFÉRENCES

  • McKinlay, J. (1981). From “promising report” to “standard procedure”: Seven stages in the career of a medical innovation. Milbank Memorial Fund Quarterly: Health and Society 59 (3): 374–411.

  • Wright, J. (2005). Hormone replacement therapy: an example of McKinlay’s theory on the seven stage of medical innovation. Journal of Clinical Nursing, 14 : 1090-1097.

 

Un commentaire

  1. […] puisqu’il s’agit d’une pratique adoptée dans différentes industries, y compris celle des innovations en santé (Tu et al., 2018). Mais à quel moment ce monde d’innovations avec date de péremption a-t-il vu […]

Répondre à D’où vient l’obsolescence programmée? Petit historique de l’innovation avec date de péremption | Hinnovic Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter0Share on Facebook0Share on LinkedIn0Print this page