Hinnovic » Portrait des appareils et aides spécialisés au Canada

Portrait des appareils et aides spécialisés au Canada

Appareils et aides spécialisées au CanadaEn 2006, 2,7 millions de Canadiens de 15 ans et plus et près de 90,500 enfants de 5 à 14 ans utilisaient ou avaient besoin d’aides techniques pour effectuer une ou plusieurs activités quotidiennes. C’est ce que révèle l’enquête de Statistique Canada sur la participation et les limitations d’activités. Publiée en juin 2008, cette enquête dresse un profil de l’utilisation d’appareils et d’aides spécialisées pour les personnes ayant des incapacités reliées à l’ouïe, la vision, la parole, la mobilité, l’agilité, la douleur et l’apprentissage.

 

 

Les résultats complets de cette enquête sont disponibles sur le site de Statistique Canada , mais nous avons cru pertinent de mettre en évidence ici, les principaux constats.

 

La satisfaction des besoins en aides techniques

  • Alors que six adultes sur dix disent avoir tout l’équipement nécessaire pour accomplir leurs activités quotidiennes, seulement la moitié des enfants considèrent leur besoins entièrement comblés.

     

  • La satisfaction des besoins en aides techniques varient en fonction du type d’incapacité, de sa sévérité et de l’âge des individus. Ainsi, les personnes ayant des incapacités reliées à la mobilité, la vision ou la douleur sont plus susceptibles d’avoir tout l’équipement dont elles ont besoin, de même que les personnes âgées de 65 ans et plus. Malheureusement, les personnes ayant les incapacités les plus sévères semblent moins susceptibles d’avoir tous leurs besoins comblés en termes d’équipement spécialisé.

     

  • Chez les enfants, les filles affichent des proportions considérablement plus élevées de besoins satisfaits en terme d’aides techniques que les garçons.

     

 

L’utilisation des aides techniques

  • Les adultes ayant des troubles d’apprentissage utilisent le plus grand nombre d’aides techniques, soit près de quatre équipements différents. Ils sont suivis par les personnes à mobilité réduite, tandis que celles ayant des problèmes de communication se servent du plus petit nombre d’appareils spécialisés.

     

  • La plupart des enfants utilisent moins de trois aides techniques à l’exception de ceux ayant des incapacités visuelles et des troubles d’apprentissage.

     

  • Les tableaux ci-dessous font état du type d’aide la plus souvent utilisée chez les adultes et la plus souvent requise par type d’incapacité.

     

 

Aide la plus UTILISÉE chez les adultes,
par type d’incapacité, Canada, 2006

Type d’aide

Aide la plus utilisée chez les adultes %

Ouïe

Prothèses auditives 79,7

Vision

Loupes 91,3

Parole

Ordinateur ou clavier 53,3E

Mobilité

Canne 71,6

Agilité

Outils pour aider à saisir ou allonger la portée 54,6

Douleur

Équipement de thérapie par la chaleur ou le froid 88,0

Apprentissage

Ordinateur à la maison 83,2

Autre(s)

Aides respiratoires1 24,5
1. Aides respiratoires incluent inhalateurs, aérosol-doseurs et oxygène.

 

Source : Statistique Canada, Enquête sur la participation et
les limitations d’activités, 2006.

 

Aide la plus souvent REQUISE chez les adultes,
par type d’incapacité, Canada, 2006

Type d’incapacité

Aide la plus souvent requise chez les adultes %

Ouïe

Prothèses auditives 72,0

Vision

Lunettes ou lentilles cornéennes 29,7

Parole

Ordinateur ou clavier 26,6E

Mobilité

Barres d’appui ou autres appuis 23,6

Agilité

Outils pour aider à saisir ou allonger la portée 39,4

Douleur

Aides techniques pour le confort1 29,7

Apprentissage

Ordinateur à la maison 26,5

Autre(s)

Autre(s) aide(s) 79,4

Autre(s)

Aides pour le bain, la douche, ou les toilettes 13,7

1. Les aides techniques pour le confort comprennent, entre autres, certains accessoires ou meubles comme des coussins thérapeutiques et des lits réglables.
Source : Statistique Canada, Enquête sur la participation et
les limitations d’activités, 2006.

 

L’accessibilité aux appareils spécialisés

  • Partout au Canada, la majorité des personnes ayant une incapacité paient de leur poche les appareils dont elles ont besoin. Il en va de même pour les enfants, le fardeau financier associé à l’utilisation d’équipement spécialisé est assumé en grande partie par la famille. Rappelons que les coûts de tels appareils varient de quelques dollars à plusieurs milliers de dollars.

     

  • Il semble que les gens de Terre-Neuve soient les moins susceptibles d’avoir payé leurs appareils contrairement à plus de 70% des résidents de la Colombie-Britannique et de l’Ontario ayant une incapacité. Quoique limité, le financement public des aides techniques arrive en tête dans les Territoires (Nunavut, Territoires du Nord-Ouest, Yukon) , au Québec et en Alberta.

     

  • Par type d’incapacité, ce sont les personnes ayant des problèmes d’apprentissage qui sont les plus susceptibles de débourser de leur poche le coût de leurs appareils spécialisés, à l’opposé des personnes ayant des problèmes de vision ou de mobilité.

     

  • Il semble que le coût des aides techniques soit la raison la plus souvent invoquée pour expliquer les besoins d’aides techniques non comblés tant pour les adultes que les enfants.

     

  • L’enquête révèle également que les adultes aux prises avec des problèmes de communication, d’agilité ou d’apprentissage sont les plus susceptibles de ne pas savoir où obtenir leurs aides techniques, contrairement aux personnes à mobilité réduite qui semblent mieux renseignées.

     

 

La participation aux activités quotidiennes

  • Incapacités et activités quotidiennesFinalement, même avec l’utilisation d’équipements spécialisés, un peu plus de la moitié des personnes ayant des incapacités ont de la difficulté à participer à leurs activités quotidiennes au moins une fois par semaine. Quatre enfants sur dix éprouvent tous les jours des difficultés à participer aux activités quotidiennes.

     

  • Ces difficultés semblent particulièrement aiguës chez les personnes ayant des incapacités reliées à la mobilité, l’agilité ou la douleur.

     

 

Bref, force est de constater que les besoins en appareils et équipement spécialisés des personnes aux prises avec des incapacités sont importants, et loin d’être comblés, surtout du côté des jeunes enfants. Les coûts demeurent une barrière importante à l’accessibilité aux aides requises. De plus, même l’utilisation d’équipements spécialisés ne permet pas toujours une pleine participation aux activités quotidiennes. Ce portrait est une invitation à réfléchir sur les politiques actuelles de soutien aux personnes ayant des incapacités et sur les manières possibles d’innover technologiquement et socialement afin de réduire davantage les limites à leur participation aux activités quotidiennes.

Auteur : Myriam Hivon, Ph.D.

 

RÉFÉRENCES

 

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter0Share on Facebook0Share on LinkedIn0Print this page