Hinnovic » MedTrucks : si tu ne peux aller aux soins, les soins iront à toi

MedTrucks : si tu ne peux aller aux soins, les soins iront à toi

Imaginez vivre dans une région du monde ou vous n’avez pas du tout facilement accès à un médecin, soit parce qu’il n’y en pas assez, ou encore parce que cette région est très peu densément peuplée. Imaginez devoir voyager des heures, juste pour vous rendre à un centre de soins. C’est ce que vivent les personnes malades qui habitent dans des « déserts médicaux ». À l’instar des déserts alimentaires, les déserts médicaux représentent un véritable défi de santé publique et ont des répercussions dramatiques pour les malades dans beaucoup de pays. On considère qu’une personne habite un désert médical quand il est très difficile d’avoir accès à un médecin ou à un professionnel de santé. Cependant, les déserts médicaux ne signifient pas seulement une pénurie de médecins. Pour beaucoup de maladies requérant des soins réguliers, les patients habitant des régions considérées comme des déserts médicaux font face à une obligation de parcourir régulièrement (plusieurs fois par semaine dans certains cas) des distances pouvant occasionner un danger pour le malade, surtout dans des zones au relief accidenté ou encore si les conditions climatiques de la région peuvent changer rapidement, ce qui est le cas dans certains pays.

Un nouveau mode de soins itinérants

C’est dans la tête d’un ingénieur mécanique diplômé de l’École polytechnique universitaire de Montpellier en France qu’est née l’idée de créer des unités mobiles d’hémodialyse pour répondre aux besoins de malades souffrant d’insuffisance rénale sévère. Lors d’un voyage au Maroc, Anass El Hilal a en effet été témoin d’un événement qui l’a bouleversé. Une femme souffrant d’insuffisance rénale venait de faire un malaise sous une grosse chaleur. La personne qui l’accompagnait lui expliqua que cette malade devait plusieurs fois par semaine se déplacer en train pour des séances d’hémodialyse, une technique qui consiste à remplacer la fonction d’épuration des reins malades en faisant appel à une machine, un hémodialyseur. Une fois ses études terminées, Anass s’est lancé dans le projet de création d’une startup visant à construire des unités mobiles d’hémodialyse afin d’améliorer la vie des patients souffrant d’insuffisance rénale. C’est ainsi qu’est née MedTrucks.

MedTrucks n’a pas seulement vocation à offrir des soins pérennes et spécialisés aux personnes qui souffrent de maladies chroniques et qui habitent dans des déserts médicaux. La jeune entreprise qui se réclame de l’économie sociale et solidaire veut aussi établir une cartographie des groupes de bénéficiaires, notamment à l’aide d’un algorithme et bien sûr aussi en ayant recours à un système d’information géographique (SIG). Il convient de mentionner que MedTrucks ne créera pas de « caravanes médicales », mais fournira plutôt des services aux patients qui nécessitent des soins sur une base régulière, il y a donc une dimension temporelle figée.

D’ici moins d’un an, la jeune startup devrait présenter un projet pilote dans l’est de la région Occitanie en France. Cependant, le Maroc devrait suivre rapidement puisque MedTrucks s’intéressera surtout à l’Afrique dans un premier temps. Les premières unités mobiles devraient comprendre 4 postes de dialyse qui permettront de traiter 16 patients par jour. Au Maroc, MedTrucks compte implanter des camions possédant 6 postes de dialyse.

Fait intéressant, il y a un peu de la Belle-Province dans la création de MedTrucks. Anass El Hilal s’est en effet intéressé à l’initiative et l’expertise de l’Hôtel-Dieu de Québec qui est un centre de référence en néphrologie et qui possède une unité mobile d’hémodialyse.

Voici une courte présentation vidéo sur le projet d’unités mobiles et de cartographie de MedTrucks :

Auteur : Jérémy Bouchez
Hinnovic.org

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter11Share on Facebook50Share on LinkedIn3Imprimer