Hinnovic » Les inégalités sociales de santé

Les inégalités sociales de santé

Les inégalités sociales de santéLa notion de santé est assez relative et sa définition peut varier d’une personne à une autre. Toutefois il est admis qu’être en santé signifie être capable d’agir physiquement, mentalement et socialement tout en se sentant bien dans son environnement. Mais il existe des disparités aux niveaux physique, mental et social et on constate que ce ne sont pas seulement les individus qui diffèrent à ces niveaux, mais aussi des groupes d’individus (femmes, jeunes, personnes à faible revenu…).

 

On parle ainsi d’inégalités sociales de santé lorsqu’il y a des écarts entre différents groupes au niveau de leur santé en fonction de différents « faits » sociaux. Ces inégalités se traduisent par des écarts au niveau des taux de mortalité entre les personnes les plus favorisées et les personnes les plus défavorisées mais aussi par une plus forte présence de la maladie et des comportements néfastes à la santé chez ces dernières. De plus, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les inégalités sociales de santé se sont accrues depuis les dernières décennies. En effet, il a été observé, surtout au cours des années 90, que cet écart entre les différents groupes sociaux s’est accentué et ce malgré les progrès en matière de santé publique.

 

Les mesures afin de réduire les inégalités

Même s’il reste encore beaucoup de chemin à faire, il est important de souligner certaines initiatives mises en place au Québec et ailleurs dans le monde afin d’améliorer la santé et de réduire les disparités. Le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a mis en place en 2003 un programme national de  santé publique dont l’objectif est d’améliorer la santé et de réduire les problèmes psychosociaux en intervenant notamment au sein des groupes vulnérables et en soutenant le développement des communautés.

 

D’autres pays ont pris des mesures afin de réduire les inégalités sociales de santé. En Suède par exemple, le gouvernement a mis en place des stratégies dans plusieurs domaines dont celui des conditions de travail et du soutien aux personnes sans emploi. Il y a en effet dans ce pays une forte protection de l’emploi et des politiques qui assurent des possibilités d’emploi aux personnes souffrant d’affections chroniques.

 

L'OMS et la lutte contres les inégalitésC’est d’ailleurs dans le but de promouvoir l’équité en santé et de donner au niveau mondial les moyens pour passer à l’action que l’Organisation mondiale de la santé a constitué en 2005 une Commission des déterminants sociaux de la santé. Le rapport final de la commission exhorte les gouvernements à instaurer l’équité en santé en une génération en agissant directement sur les déterminants sociaux de la santé. Les recommandations du rapport incluent notamment l’amélioration des conditions de vie quotidiennes et la lutte contre les inégalités dans la répartition du pouvoir, de l’argent et des ressources.

 

Un livre sur les inégalités sociales de santé

Les inégalités sociales de santé au QuébecQuelles sont les conditions qui produisent les inégalités de santé? Quels sont les liens entre le social et le biologique? Quelles sont les interventions qui pourraient permettre de réduire les inégalités? Des chercheurs en provenance de domaines aussi diversifiés que l’anthropologie, la sociologie, la géographie, la psychologie, l’épidémiologie et la médecine ont tenté de répondre à ces questions à travers le livre Les inégalités sociales de santé au Québec, publié à l’automne 2008 sous la direction de Katherine Frohlich, Maria De Koninck, Andrée Demers et Paul Bernard.

 

Ce mois-ci, parmi les chercheurs ayant participé à l’élaboration du livre, Maria De Koninck nous présente le contexte de parution du livre, Robert Pampalon l’évolution de la mortalité prématurée, Paul Bernard la perspective sociologique des inégalités sociales de santé, Jean-Pierre Roy la perspective neurobiologique sur les inégalités et Katherine Frohlich une approche conceptuelle pour comprendre la production des inégalités sociales de santé dans les milieux de vie. Marie-France Raynault présentera les stratégies pour réduire les inégalités et Marc-André Deniger les politiques scolaires en milieux défavorisés.

 

     
 

La petite histoire suivante illustre bien comment plusieurs facteurs peuvent être reliés et avoir une influence sur la santé

Mais pourquoi...? « Pourquoi Éric est-il à l’hôpital?
→ Parce qu’il a une grave infection à la jambe.

 

Pourquoi a-t-il cette infection?
→ Parce qu’il s’est coupé gravement à la jambe et qu’elle s’est infectée.

 

Mais pourquoi cela s’est-il produit?
→ Parce qu’il jouait dans le parc à ferrailles près de l’immeuble où il habite, et qu’il est tombé sur un morceau d’acier tranchant qui s’y trouvait.

 

Mais pourquoi jouait-il dans un parc à ferrailles?
→ Parce que son quartier est délabré. Beaucoup d’enfants jouent là sans surveillance.

 

Mais pourquoi habite-t-il ce quartier?
→ Parce que ses parents ne peuvent se permettre mieux.

 

Mais pourquoi ses parents ne peuvent-ils habiter un plus beau quartier?
→ Parce que son père est sans emploi et que sa mère est malade.

 

Mais pourquoi son père est-il sans emploi?
→ Parce qu’il n’est pas très instruit et qu’il ne peut trouver un emploi.

 

Mais pourquoi…? »

 

Extrait de Pour un avenir en santé. Deuxième rapport sur la santé de la population canadienne.

 
     

Auteures : Pauline Boinot, M.Sc.
        et
Katherine Frohlich, Ph.D.
Département de médecine sociale et préventive
Université de Montréal

 

RÉFÉRENCES

 

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter3Share on Facebook0Share on LinkedIn0Imprimer