Hinnovic » Les arts au service de la santé

Les arts au service de la santé

Les arts au service de la santéL’association des arts avec la santé n’est pas une nouveauté. Outre les chamanes et autres guérisseurs qui faisaient appel à la danse et à la musique dans leurs rites, on pense aussi aux psychologues qui utilisent les dessins de leurs patients afin d’interpréter leur état psychologique. Aujourd’hui, les arts sont de plus en plus utilisés comme thérapies complémentaires et sont intégrés plus facilement dans les hôpitaux. On fait appel notamment à la musique pour retrouver la parole, à la danse pour mieux contrôler nos mouvements ou encore au théâtre pour sensibiliser la population sur différents sujets de santé publique. Que savons-nous des thérapies qui utilisent l’art?

 

L’art comme thérapie

L’art-thérapie est définie comme étant une forme de psychothérapie faisant appel au potentiel artistique du patient dans le but de l’aider à exprimer ses sentiments et d’améliorer son bien-être aussi bien physique que mental. Généralement, l’art-thérapie est classée parmi les approches complémentaires en médecine et ne remplace pas les traitements médicaux standards.

 

Il faut toutefois distinguer l’art-thérapie des thérapies par les arts. Le premier terme fait plutôt référence à une approche psychologique alors que les « thérapies par les arts » peuvent inclure des méthodes non psychologiques. La définition étant assez large, il serait possible d’y inclure de nombreux domaines comme la poésie, le cinéma et la photographie. Néanmoins, les plus courants et les plus étudiés sont les suivants :

 

Les arts visuels

Les arts visuels sont utilisés de manière passive ou active, c’est-à-dire soit en permettant au patient de regarder une œuvre d’art, soit en le laissant créer lui-même à travers la peinture, le dessin ou autres.

La musique

La musique est utilisée pour traiter une variété de troubles allant des limitations physiques aux troubles de déficit de l’attention en passant par la dysphasie et la maladie d’Alzheimer.

La danse

La danse, de son côté, est utilisée pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de cancer, aider les personnes âgées à maintenir leur équilibre ou encore améliorer la mobilité fonctionnelle des patients atteints de la maladie de Parkinson.

Le théâtre

Le théâtre est une activité qui est utilisée pour aider des patients atteints de schizophrénie ou autres troubles mentaux. C’est aussi une façon d’éduquer la population par rapport à la santé afin, par exemple, de prévenir le VIH, ou encore de mieux faire connaître les maladies mentales.

 

Ce que disent les études

Depuis une vingtaine d’années, de nombreux chercheurs examinent les effets positifs des différentes formes d’art sur l’état de santé des patients, mais aussi sur les soins hospitaliers. Certains d’entre eux se sont penchés sur les économies que pouvait représenter l’utilisation de l’art dans les hôpitaux en démontrant que la musicothérapie permettait notamment de réduire l’utilisation de sédatifs chez les enfants devant passer des scanners (Christenson, 2011). Néanmoins, la majorité des études se concentre plutôt sur les effets de l’art sur le soulagementL'art pour contrer l'anxiété des patients des symptômes attribués aux traitements contre le cancer, sur l’anxiété des patients, sur la santé mentale ou encore sur l’amélioration de la mobilité. En effet, l’art est une façon qu’ont certains patients d’exprimer leurs sentiments. En faisant appel à leur créativité, ils arrivent à mieux gérer leurs émotions et à prendre une certaine distance par rapport à leur maladie (Beebe, 2010).

 

Plusieurs revues systématiques ont été effectuées. Une d’entre elles portait sur l’utilisation de l’art dans le soulagement des symptômes chez les adultes atteints d’un cancer. Les auteurs de l’article ont conclu que l’art permettait surtout d’améliorer l’état psychologique des patients et leur qualité de vie. Les différentes études rapportent entre autres que la participation aux sessions d’art-thérapie rendait les interactions sociales plus agréables, améliorait l’humeur des patients et favorisait leur bien-être général. Il y aurait aussi quelques indications d’un effet positif sur leur niveau de fatigue (Wood, 2011). 

 

Notre dossier sur les arts et la santé

Dans ce dossier, l’équipe d’Hinnovic vous invite à découvrir comment les arts et la santé sont liés. En écoutant l’entrevue de Christelle Jacquet, musicothérapeute, vous pourrez notamment en apprendre plus sur le pouvoir de la musique comme moyen d’entrer en contact avec des individus ayant de la difficulté à exprimer leurs émotions. Nous vous proposons aussi une entrevue avec Isabelle Peretz, professeure de psychologie et co-directrice du Laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son, qui nous parle des recherches sur l’effet de la musique sur le cerveau. Gammon Earhart, professeure de physiothérapie, d’anatomie et de neurologie, nous présente ensuite comment les personnes atteintes de la maladie de Parkinson peuvent réduire la gravité de leur maladie en dansant le tango. Darquise Lafrenière, chercheure en bioéthique, explore comment les arts, en suscitant de l’empathie et des émotions, permettent à de plus en plus de personnes d’avoir accès aux résultats de recherche qui se font dans le domaine de la santé. Finalement, Andree Salom, architecte et thérapeute, nous invite à redécouvrir les musées, exposant de quelle façon ils sont des espaces propices pour apprendre sur soi.

Auteure : Pauline Boinot, M.Sc.
Hinnovic.org

 

RÉFÉRENCES

  • Association québécoise de musicothérapie

  • Beebe Anya, Gelfand Erwin, Bender Bruce (2010). A randomized trial to test the effectiveness of art therapy for children with asthma, Journal of Allergy & Clinical Immunology, 126(2):263-6

  • Christenson Gary (2011). Why We Need Arts in Medicine, Minnesota Medicine, 94(7): 49-51

  • Wood Michele, Molassiotis Alexander, Payne Sheila (2011). What research evidence is there for the use of art therapy in the management of symptoms in adults with cancer? A systematic review, Psycho-Oncology, 20(2): 135-145

 

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter0Share on Facebook1Share on LinkedIn0Print this page