Hinnovic » Le sirop d’érable contre les inflammations chroniques ?

Le sirop d’érable contre les inflammations chroniques ?

Le célèbre sirop, résultat du processus de récolte et d’évaporation de « l’eau d’érable » issue de plusieurs espèces du genre Acer, posséderait un très fort potentiel dans la lutte aux inflammations chroniques et aux maladies dégénératives. C’est pour faire le point sur les découvertes scientifiques des dernières années que le 1er symposium international dédié aux effets bénéfiques du sirop d’érable sur la santé s’est tenu le 2 avril 2017 à San Francisco lors du  253e congrès de l’American Chemical Society.

Cela fait déjà plusieurs années que des équipes de recherche se penchent sur la composition chimique de cette solution sucrée produite en majorité à partir de l’érable à sucre (Acer saccharum) et dans une moindre mesure de l’érable noir (Acer nigrum). Parmi les composés présents dans le sirop d’érable, les polyphénols sont ceux qui intéressent fortement les chercheurs. Ces molécules organiques, produits du métabolisme secondaire des plantes, jouent un rôle majeur dans la nature puisqu’elles participent non seulement à la régulation, à la croissance et la protection des espèces du règne végétal (voire même dans le cycle des nutriments des sols), mais interviennent aussi dans le métabolisme d’espèces du règne animal, incluant donc les êtres humains.

C’est en 2011 que l’équipe du professeur Navindra P. Seeram (Université du Rhode Island) a pour la première fois isolé un nouveau polyphénol issu de la préparation du sirop d’érable. Le 2,3,3-tri-(3-methoxy-4-hydroxyphenyl)-1-propanol a été nommé quebecol en l’honneur de la province qui produit 91 % du sirop d’érable au Canada. L’équipe américaine a ouvert la voie vers des recherches plus poussées sur les effets bénéfiques du sirop d’érable sur la santé. Le symposium qui s’est tenu à San Francisco a donc été l’occasion de faire le point sur l’avancement de la recherche dans ce domaine. La science s’intéresse plus particulièrement aux potentiels impacts sur les maladies inflammatoires chroniques, incluant les syndromes métaboliques, la santé du cerveau et celle du foie et même du microbiome intestinal. D’ailleurs, Seeram et son équipe ont présenté les résultats de leur recherche concernant la présence d’inuline en quantité non négligeable dans le sirop d’érable. Cette molécule est un polysaccharide (plusieurs sucres liés entre eux) non assimilable par le corps humain, mais servant de nourriture aux bactéries de nos intestins, c’est un aliment prébiotique (à ne pas confondre avec probiotique !). De plus, elle n’augmente pas le taux de glycémie.

In fine, la science a répertorié pour le moment 65 phytonutriments présents dans le sirop d’érable pur. Ce premier symposium aura permis à différentes équipes de scientifiques d’échanger et de discuter des prochaines recherches visant à mieux comprendre les nombreux apports potentiels des composés présents dans un sirop produit depuis plusieurs centaines d’années.

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse sur le site Eurekalert

RÉFÉRENCES

  • Derbel, S., & Ghedira, K. (2005). Les phytonutriments et leur impact sur la santé. Phytothérapie, 3(1), 28–34. https://doi.org/10.1007/s10298-005-0061-6
  • González-Sarrías, A., Li, L., & Seeram, N. P. (2012). Anticancer effects of maple syrup phenolics and extracts on proliferation, apoptosis, and cell cycle arrest of human colon cells. Journal of Functional Foods, 4(1), 185–196. https://doi.org/10.1016/j.jff.2011.10.004
  • Hättenschwiler, S., & Vitousek, P. M. (2000). The role of polyphenols in terrestrial ecosystem nutrient cycling. Trends in Ecology & Evolution, 15(6), 238–243. https://doi.org/10.1016/S0169-5347(00)01861-9
  • Li, L., & Seeram, N. P. (2011). Quebecol, a novel phenolic compound isolated from Canadian maple syrup. Journal of Functional Foods, 3(2), 125–128. https://doi.org/10.1016/j.jff.2011.02.004
  • Sun, J., Ma, H., Seeram, N. P., & Rowley, D. C. (2016). Detection of Inulin, a Prebiotic Polysaccharide, in Maple Syrup. Journal of Agricultural and Food Chemistry, 64(38), 7142–7147. https://doi.org/10.1021/acs.jafc.6b03139
Auteur : Jérémy Bouchez
Hinnovic.org

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter0Share on Facebook91Share on LinkedIn0Imprimer