Hinnovic » Le financement de la fécondation in vitro au Québec

Le financement de la fécondation in vitro au Québec

Le financement de la fécondation in vitro au QuébecLa fécondation in vitro : les enjeux reliés à la santé

 

La fécondation in vitro (FIV) pose une série d’enjeux de santé, éthiques, sociaux et financiers qui sont, par ailleurs, souvent interreliés. Sur le plan de la santé, on peut identifier trois enjeux majeurs :

 

  1. la santé des femmes ayant recours aux traitements de FIV, notamment le risque d’hyperstimulation ovarienne ainsi que les complications associées aux grossesses multiples;

  2. la santé des enfants issus de la FIV et, plus particulièrement, les risques de prématurité, de faible poids à la naissance et autres découlant du fort taux de grossesses multiples (> 30 %);

  3. le développement à long terme des enfants issus de la FIV, incluant leur propre fertilité.

 

Grossesses multiplesSans minimiser l’importance des autres enjeux de santé, le fort taux de grossesses multiples ressort probablement comme le problème principal. À cet égard, l’expérience de pays nord-européens, notamment la Belgique et plusieurs pays scandinaves, qui ont implanté des politiques limitant le nombre d’embryons transférés – mieux connues sous l’acronyme anglais de SET pour Single Embryo Transfer – a démontré leur efficacité pour réduire le taux de grossesses multiples, celui-ci passant généralement de plus de 30 % à moins de 10 % de grossesses multiples. Il est à noter, qu’en contrepartie d’une telle politique, ces pays nord-européens financent complètement un certain nombre de cycles de FIV. Le modèle nord-européen constitue sans contredit une source d’inspiration pour le Québec, qui veut avant tout maintenir et améliorer la santé et le bien-être des femmes qui ont recours à la FIV et des enfants qui en seront issus.

 

État de la situation au Québec

Le système de santé québécois prend actuellement en charge différents services en terme de planification des naissances : interruption volontaire de grossesse, contraception d’urgence, service de stérilisation, investigation des causes d’infertilité, chirurgies permettant de rétablir la fertilité et insémination artificielle.

 

Les techniques de pointe (fécondation in vitro [FIV], micro injection de spermatozoïdes [ICSI], etc.) et les médicaments utilisés pour la stimulation ovarienne ne sont actuellement pas couverts par le système de santé. Cependant, au cours de l’automne 2008, le gouvernement s’est engagé à payer les frais liés aux traitements de FIV pour les femmes qui souhaitent s’en prévaloir. Les deux premiers essais d’implantation d’embryons seraient assumés par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) et pour d’autres essais en cas d’insuccès, le crédit d’impôt déjà en place continuerait à s’appliquer.

 

Projets de loi sur la FIVC’est au cours des prochains mois que le ministre de la Santé et des Services sociaux, le Dr Yves Bolduc, précisera les orientations du gouvernement en matière de procréation médicalement assistée. Rappelons que deux projets de loi ont déjà été déposés à l’Assemblée nationale du Québec, mais que le processus législatif avait été interrompu dans les deux cas par la tenue des élections, respectivement en 2007 et 2008. Les commissions parlementaires tenues en mars 2006 et juin 2008 avaient d’ailleurs fait ressortir la question du financement des services de fécondation in vitro et de son lien avec la réduction du taux de grossesses multiples. Avec l’engagement du gouvernement de couvrir la fécondation in vitro à l’intérieur de son panier de services assurés, le modèle européen serait certainement au cœur des discussions à venir.

 

Auteurs : Claude Dussault
Directeur général adjoint
Évaluation, recherche et innovation
Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
Julie Dufour
Unité de l’éthique
Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

 

27 commentaires

  1. Jean Cool dit :

    Et si vous n’étiez pas supposé d’enfanter… personne n’a pensé à cela? L’équilibre s’y retrouvera encore moins avec les FIV gratuites! Jouer à dieu…. ça à des répercussions incalculables!

  2. Nadyne T dit :

    Bien sûr, monsieur Jean Cool. Je suis aussi contre le fait de donner de l’insuline aux diabétiques, de donner des séances de radio et de chimio aux gens atteints de cancer, de donner des hormones aux femmes ménopausées. Tant qu’à y être, euthanasions les trisomiques qui ont des enfants, comme ça on sera certain de ne pas perturber l’équilibre de dieu.

    Non mais, on aura tout entendu…

  3. Annick dit :

    Mais sans vouloir vous offensez est-ce que quelqu’un a penser au famille qui ne sont vraiment pas capable d’avoir un enfant??? Cette solution de la gratuité des services m’enchante personnellement. Ça fait maintenant 6 ans que moi et mon mari tentons d’avoir un enfant sans succès. Pour nous cette nouvelle mise en place du gouvernement est une bénédiction. Peut-être que vous vous avez des enfants ou que vous vous êtes fait à l’idée de ne pas en avoir, mais nous, nous n’abandonnerons pas. Il est facile de juger mais comprendre ceux qui vivent ce problème …. c’est peut-être trop vous demander?

  4. Jean Cool dit :

    @ Nadyne T: Je comprends que ça prend une relève même si on ne peut même pas les soigner, mais à quel prix? Si vous deviez payer de VOTRE poche pour enfanter, vous hésiteriez probablement, car l’argent ne pousse pas dans les arbres pas vrais? Le gouvernement s’endette pour féconder une relève, mais ils ne seront plus là au jour « J » quand tout va s’écraser comme avec Pauline Marois qui a envoyé toutes ces infirmières à la retraite! Aujourd’hui, on se retrouve sans main-d’oeuvre et demain cette main d’oeuvre ne pourra pas avancer les poches vides…

    FIN!

  5. Jennifer dit :

    @jean cool…… vous etes bien un homme pour parler ainsi.. un peu de compassion pour ceux qui en ont besoin… quand meme bien que ca coute 10 000$ au frais du gouvernement on s’en fous nest ce pas.. cela vous coutera 1 $ de votre poche peut etre et moins… jen reviens pas d’entendre des propos comme ca. vivre et laissez vivre .. pensez y dont une couple de secondes dans votre vie entiere avant de porter un jugement . merci et bonne journée

  6. […] – Santé : A partir du 5 août, la procréation assistée sera […]

  7. ahmed dit :

    nous l’honneur de vous demander de bien vouloir nous ‘indiquer quoi faire pour avoir une aide financière pour notre première tentative de la fécondation in vitro.nous porte à votre
    connaissance que nous sommes un couple âgé (h 51ans-f 39ans) ma femme soufre d’une plastie tubaire bilatérale et moi d’une oligospermie .après un traitement de longue durée sur proviron et ondriol .ma femme a été opérée 2fois: 1ère opération(ouverture des trompes) -2ème opération( la ligature des trompes malades).actuellement nous sommes entrain de suive un traitement pour réaliser une fécondation in vitro chez un gynécologue à Marrakech au Maroc malheureusement que cette nouvelle technique coûteuse n’est pas remboursée par notre mutuelle et que nos moyen financiers ne nous permettent pas d’aller jusqu’au bout .pour ce nous sollicitons de vous un soutien qui nous aidera à réaliser notre rêve d’avoir un enfant.
    à l’attente de votre réponse veuillez agréer le plaisir de nous sentiments les meilleures .

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter0Share on Facebook0Share on LinkedIn0Print this page