Hinnovic » L’efficacité des techniques de procréation médicalement assistée : une revue des études

L’efficacité des techniques de procréation médicalement assistée : une revue des études

Procréation médicalement assistée : revue des étudesUne revue systématique des études sur les effets des techniques de procréation médicalement assistée soulève des questions pour le moins troublantes pour les gouvernements qui engagent des fonds publics pour financer ces techniques.

 

L’étude a été réalisée pour le compte de l’Agency for Healthcare Research and Quality du U.S. Department of Health and Human Services. Les 478 études finalement retenues (en anglais seulement) ont été effectuées dans plusieurs pays.

 

Trois questions étaient au centre de la revue :

  1. Induction de l'ovulationquels sont les effets de l’induction de l’ovulation et de la superovulation (une technique dont le but est de produire de multiples ovules) en termes de taux de grossesses, de naissances vivantes, de grossesses multiples et de complications?
     

  2. Grossesses multiplesquels sont les effets des diverses interventions impliquées dans les techniques de procréation médicalement assistée en termes de taux de grossesses, de naissances vivantes, de grossesses multiples et de complications?
     

  3. Faible poids à la naissancequels sont les effets à plus long terme pour l’enfant (au stade fœtal et ultérieurement) et pour la mère? Les résultats mesurés étaient les avortements spontanés, les grossesses ectopiques, la prématurité, le faible poids à la naissance, les complications néonatales et infantiles, les problèmes de développement et physiques à long terme, les complications à la grossesse, les cancers, les problèmes psychologiques et émotionnels.
     

 

Le rapport présente des résultats intéressants. Par exemple, on note que l’infertilité elle-même pourrait être associée à des risques à long terme, à la fois chez les enfants qui naîtraient suite au traitement (des caractéristiques paternelles ou maternelles, incluant une faible fertilité, seraient en cause) et chez leur mère (l’infertilité plutôt que son traitement serait liée à un risque de cancer du sein ou de l’ovaire). Outre les constats d’ordre technique (montrant par exemple une plus grande efficacité ou aucune différence entre diverses façons de procéder à une même étape), un des résultats les plus troublants du rapport concerne les études elles-mêmes. Insuffisantes, difficilement comparables entre elles (les taux de succès par exemple ne sont pas mesurés sur les mêmes bases d’une étude à une autre), souffrant trop souvent de lacunes méthodologiques, les études permettent difficilement d’évaluer de manière sérieuse les pratiques et techniques. Si les fonds publics sont de plus en plus sollicités pour soutenir le recours aux techniques, un coup de barre semble nécessaire du côté de leur évaluation.

 

 

Auteure : Geneviève Daudelin, Ph.D.

 

 

RÉFÉRENCES

  • Myers ER, McCrory DC, Mills AA, Price TM, Swamy GK, Tantibhedhyangkul J, Wu JM, Matchar DB. Effectiveness of Assisted Reproductive Technology. Evidence Report/Technology Assessment No. 167 (Prepared by the Duke University Evidence-based Practice Center under Contract No. 290-02-0025.). AHRQ Publication No. 08-E012. Rockville, MD: Agency for Healthcare Research and Quality. May 2008.

 

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter0Share on Facebook0Share on LinkedIn0Print this page