Hinnovic » La diffusion de l’innovation est un processus complexe et risqué

La diffusion de l’innovation est un processus complexe et risqué

Diffusion complexe et risquéeLa commercialisation des innovations est parfois agressive

Le développement d’une nouvelle technologie requiert du temps, de l’énergie et des investissements importants. Plusieurs années et plusieurs millions de dollars y seront engloutis. L’aventure est également risquée puisqu’à tout moment, le développement de l’innovation peut échouer.

 

 

  • Ce processus repose sur un dialogue continu et une collaboration constante entre le secteur privé —l’entreprise qui développe l’innovation— et le secteur public —les agences de régulation et les milieux cliniques.

  • Du point de vue d’une entreprise qui aurait investi massivement des ressources humaines, matérielles et financières, souvent sur un horizon d’une dizaine d’années et plus afin de mettre au point une innovation, la commercialisation est un enjeu de taille. Il devient impératif de rentabiliser les investissements et plusieurs moyens seront déployés pour y arriver. Et l’industrie doit convaincre les acheteurs potentiels du bien fondé de son innovation.

 

Alerte nouvelles

On se souviendra, de la couverture médiatique en septembre 2004 entourant le retrait du Vioxx,™ un médicament destiné à traiter les douleurs chroniques. Ce médicament “miracle” avait été fortement médiatisé. On lui prêtait la vertu de soulager les douleurs au même titre que l’Advil™ ou le Motrin™, sans toutefois présenter les effets secondaires indésirables (complications gastro-intestinales) de ces derniers. Plus de 80 millions de prescriptions avaient été vendues en 5 ans et, à elle seule, la vente du Vioxx™ représentait 11% des revenus de Merck Frosst. Cette pharmaceutique a malgré tout pris la décision de le retirer du marché après que sa propre étude ait démontré que le Vioxx™ doublait les risques de troubles cardiovasculaires après une utilisation quotidienne sur plus de 18 mois. Merck a alors été accusée d’avoir dissimulé des données fournissant la preuve des risques reliés à son médicament; les médias dénonçaient que les intérêts financiers aient primé sur la sécurité de la population. Depuis ce temps, plus de 7000 poursuites individuelles et collectives ont été intentées contre cette compagnie.

 

La diffusion des innovations est façonnée par des facteurs sociaux, culturels et politiques

  • Il y a une constellation —souvent nébuleuse— de facteurs culturels, sociaux et politiques qui accompagnent l’adoption de l’innovation (Denis et collègues, 2002).

  • Pour qu’une innovation soit adoptée, il ne suffit pas simplement de regarder les avantages potentiels qu’elle représente pour le patient. Il faut aussi examiner les implications de son intégration au système de santé pour les différents groupes qui devront collaborer à sa mise en place.

  • À titre d’exemple, l’adoption d’une innovation peut représenter une économie pour les administrateurs, une charge de travail supplémentaire pour les infirmières, une augmentation de revenus pour les médecins ou l’évitement de l’hospitalisation pour les patients.

  • Denis et collègues précisent que l’adoption d’une innovation sera encouragée si elle s’enracine dans des valeurs qui rendent légitime la décision d’adoption. Par exemple, alors que certains valorisent l’adoption d’une innovation fondée sur des données probantes, d’autres mettent de l’avant la nécessité ou le besoin de se conformer aux standards d’hôpitaux prestigieux.

  • Enfin, plus l’innovation bénéficie à des groupes puissants ou à un grand nombre de groupes, plus elle a de chance d’être intégrée rapidement aux pratiques actuelles.

 

LaparoscopieLa cholécystectomie par laparoscopie est une procédure chirurgicale établie qui consiste à extraire la vésicule biliaire. Le niveau d’habileté et de formation requis par les chirurgiens ainsi que le type de patients susceptibles d’en bénéficier sont toutefois des caractéristiques plus “flexibles.” Au Québec, l’adoption de cette procédure a pris des formes différentes d’un hôpital à l’autre. Certains hôpitaux ont clairement délimité quels chirurgiens étaient autorisés à effectuer cette procédure et quelle formation était nécessaire, tandis que d’autres hôpitaux ont, au contraire retenu des indications larges pour la procédure afin d’accélérer la formation des chirurgiens (Denis et al., 2002).

 

 

Retournez au dossier sur :
Les innovations médicales

Analyse inspirée d’un chapitre du livre en préparation : “Le privé dans la santé : un débat sans fin?”
Auteurs : Pascale Lehoux, Ph.D., et Myriam Hivon, Ph.D.
Adaptation : Pascale Lehoux, Ph.D.

 

RÉFÉRENCES

  • Denis, J-L., Hébert, Y., Langley, A., Lozeau, D., & Trottier, L-H. (2002). Explaining diffusion patterns for complex health care innovations. Health Care Management Review, 27 (3), 60-73.

 

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter0Share on Facebook0Share on LinkedIn0Print this page