Hinnovic » Facteurs socioéconomiques et implications historiques sur les cas de mélanome

Facteurs socioéconomiques et implications historiques sur les cas de mélanome

TanningS’il y a bien une maladie qu’on peut directement relier avec des facteurs socioéconomiques, c’est bien le mélanome. Rappelons que le mélanome est une forme de cancer de la peau qui implique une tumeur maligne à partir des cellules de la peau appelées mélanocytes et qui sont responsables de la pigmentation de cette dernière.

Le mélanome « est l’un des cancers qui progressent le plus rapidement au Canada » selon la Société canadienne du cancer. Dans un rapport publié en mai 2014 et disponible ici, l’organisme précise que 1050 Canadiens ou Canadiennes mourront du mélanome en 2014. C’est donc clairement un enjeu de santé publique.

Mais pourquoi le mélanome progresse-t-il si vite et quels en sont les facteurs? C’est ce qu’ont tenté de mieux comprendre plusieurs chercheurs d’une équipe du département de dermatologie de l’Université de New York.

En s’intéressant aux facteurs socioéconomiques ayant modifié les comportements sur un siècle, les chercheurs ont mieux retracé les influences culturelles et les mœurs qui ont permis cette augmentation des cas de mélanomes. Ainsi, ils se sont attardés sur les styles vestimentaires, les codes sociaux, les différentes perceptions de la peau bronzée, les tendances économiques et les habitudes de voyage.

Comme ils le mentionnent, au début du XXe siècle, la peau blanche d’apparence porcelaine était mise en valeur au détriment de la peau bronzée qui était associée aux travailleurs pauvres travaillant à l’extérieur. Cependant, la peau bronzée a commencé à être un signe de bonne santé notamment parce que l’exposition au soleil était bonne contre le rachitisme et la tuberculose. De plus, l’augmentation du temps libre pour les vacances et les loisirs a eu pour conséquence de diminuer la surface des vêtements portés et donc d’augmenter la surface de la peau en contact avec le rayonnement UV solaire.

Il existe une corrélation très forte entre l’augmentation du pourcentage de peau exposée au soleil et l’augmentation des cas de mélanome dans la population aux États-Unis.

Dans le cas du mélanome, l’innovation en santé consiste tout simplement à ne pas trop s’exposer au Soleil et à éviter l’usage des systèmes de bronzage artificiels.

L’article de David Polsky et Alfred W. Kopf intitulé « More Skin, More Sun, More Tan, More Melanoma »a été publié dans le American Journal of Public Health. Il est disponible ici.

 

Auteur : Jérémy Bouchez Hinnovic.org

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter0Share on Facebook2Share on LinkedIn0Print this page