Hinnovic » Comme dans un rêve! Petit compte rendu d’une échographie dans un hôpital montréalais

Comme dans un rêve! Petit compte rendu d’une échographie dans un hôpital montréalais

On a aimé!Il est vrai que deux mois sont passés avant que le service de radiologie daigne me donner un rendez-vous, mais, comme la date du dit rendez-vous était une dizaine de jours plus tard, on ne va pas chipoter, n’est-ce pas? Il est vrai aussi que les patients ne se bousculaient pas au portillon par ce chaud après-midi de la mi-août.

 

 

N’empêche.

 

Arrivée en radiologie, la réceptionniste me dit d’« enlever le haut », d’enfiler une sympathique « jaquette » attachée au cou par des rubans et de m’asseoir. À l’heure prévue, une joviale infirmière me conduit à la salle d’échographie où un radiologiste doit m’examiner les épaules. Mais qui dit épaule, dit haut du corps… L’infirmière m’explique comment porter la jaquette pour découvrir mes épaules tout en préservant ma pudeur et celle du radiologiste. Transformant la jaquette en robe strapless, elle la ferme au dos avec une pince qui n’était certainement pas destinée à cette fonction, mais qui s’avère parfaitement efficace. C’est ce qu’on appelle une intervention « centrée sur la patiente »!

 

Le radiologiste entre peu après, procède à l’examen dans les règles de l’art, selon toutes les apparences. Il est calme et attentif à m’éviter la douleur, parle peu. Si, à l’échographie, il découvre une bursite, il pourra procéder immédiatement à l’infiltration de cortisone à l’aide de l’appareil d’imagerie. Ce qu’il fait, en effet, assisté de l’infirmière sans qui le minutieux ballet des procédures d’asepsie ne pourrait être assuré. Après m’avoir transmis ses recommandations, il me confie aux soins de l’infirmière. Elle me remet les instructions à suivre en cas de problèmes et m’aide à me défaire de ma robe strapless.

 

Le tout a duré moins de 30 minutes. Nul besoin de reprendre un nouveau rendez-vous ni de rencontrer un nouveau médecin. Et, en prime, le soulagement enfin (et pour longtemps, j’espère) de mon épaule endolorie.

 

Quels ingrédients ont produit un résultat aussi satisfaisant? Un partage des tâches entre des professionnels qui font bien ce qu’ils ont à faire : une infirmière attentive à mes besoins et inventive, un spécialiste compétent qui ne me fait pas la conversation, mais qui répond à mes questions. Des technologies simples et efficaces utilisées en une seule procédure bien rodée pour diagnostiquer et traiter.

 

Auteure : Geneviève Daudelin, Ph.D.
Hinnovic.org

 

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter0Share on Facebook0Share on LinkedIn0Print this page