Hinnovic » Ambulance : 250 ans d’histoire de la cariole au drone

Ambulance : 250 ans d’histoire de la cariole au drone

Crédit : Une ambulance à Montréal - Rian McDonald via Youtube.

Une ambulance d’Urgences-Santé à Montréal – Crédit : Rian McDonald via Youtube.

Véhicule stressant, mais à la fois sauveur de vie, l’ambulance fait partie des véhicules indispensables pour les services d’urgences partout sur la planète. Cependant, connaissez-vous l’histoire de ces « postes médicaux avancés mobiles » ?

Le mot ambulance dérive du verbe latin ambulare qui signifie marcher, se déplacer et il appartient à la même famille linguistique que noctambule (marcher la nuit), somnambule (marcher pendant son sommeil) ou encore funambule (marcher sur un fil). De nos jours, nous prenons pour acquis qu’un pays qui possède un réseau dense et fonctionnel d’hôpitaux est à même de répondre rapidement à des situations impliquant un ou des blessés devant être amenés aux urgences, donc de faire appel à une ou des ambulances. Cela n’a bien évidemment pas été toujours le cas puisque les premiers services ambulanciers officiels remontent à la fin du 18e siècle. Du point de vue de la rapidité d’intervention et du confort, nous allons voir plus loin que vous n’aimeriez pas être transporté en ambulance dans les années 1790…

À l’origine, un souci de porter secours aux blessés de guerre

Le domaine militaire est bien sûr à l’origine de nombreuses inventions qui ont été transposées par la suite à celui de la santé. C’est le cas de l’ambulance puisqu’il faudra attendre 1794 pour voir apparaître un véhicule spécifique aux transports des blessés de guerre. On doit donc les premières ambulances officielles au baron Dominique-Jean Larrey, chirurgien en chef de la Grande Armée sous Napoléon 1er. AmbulanceVolanteLarreyComme décrit dans cet article, c’est suite à une ordonnance du ministère de la guerre évoquant le besoin de créer des « modèles de voitures couvertes et suspendues pour le transport des malades » que Larrey proposa un modèle d’ambulance volante (pas comme les avions, mais comme les douanes !). Il faut noter qu’avant cette invention, la plupart des armées dans le monde déplaçaient leur blessés dans ou sur les véhicules militaires, incluant les caissons d’artilleries, les mulets ou autres inventions militaires destinées en premier lieu à détruire l’ennemi plutôt qu’à soigner ses propres troupes. Il faut donc imaginer des soldats avec des membres sectionnés ou des tripes à l’air libre transportés sur des canons…

À noter qu’un confrère du baron Larrey, le baron Pierre-François de Percy, pensa à transporter directement une 7luyq-A1_mini_d6357équipe de chirurgiens sur le champ de bataille afin d’opérer les blessés dans des ambulances spécialement conçues à cet effet. Les chirurgiens chevauchaient une drôle de charrette qui contenait les instruments nécessaires aux opérations et des rideaux pouvaient être tirés, sûrement dans le but d’offrir une certaine intimité aux blessés, à moins qu’il n’eût été question de cacher les opérations aux personnes valides… Même si elle fut vite abandonnée, cette invention participera plus tard à l’élaboration d’ambulances contenant des instruments de premiers soins.

De l’autre côté de l’Atlantique et 70 ans plus tard, un autre chirurgien-chef du nom de William A. Hammond permit à de nombreux blessés de survivre sur les champs de bataille de la guerre civile aux États-Unis. En 1862, Hammond concevra et fera construire des ambulances-wagons spécialement dédiées à transporter les soldats blessés. Ils furent les premiers véhicules en Amérique du Nord spécialement imaginés et conçus dans l’objectif unique de soigner les blessés de guerre.

Et dans le civil ?

Le premier service d’ambulance civile fut mis en place en 1865 aux États-Unis par le Commercial Hospital de Cincinnati. Quatre ans plus tard, le Bellevue Hospital de New York s’équipa lui aussi. Le temps de réponse était de 30 secondes et l’ambulance était tirée par plusieurs chevaux. Le kit d’appareils de première réponse incluait des attelles, une pompe à estomac, de la morphine… et du brandy (!). À peu près dans les mêmes années, Londres démarra un service d’ambulance pour le transport des malades de la variole. Le service « général » d’ambulance fut lancé à Londres en 1887 sous le nom de St John Ambulance Brigade, d’ailleurs toujours en activité au moment d’écrire ces lignes, il existe dans plusieurs pays du Commonwealth. Quant à Paris, c’est en 1880 que le docteur Nachtel crée « un service d’ambulances médicalisées destinées au transport des blessés sur la voie publique ». Deux ans plus tard, la Ville lumière fera elle aussi face à une épidémie de variole et mettra en place le Service des ambulances municipales.

Au Canada, c’est à Toronto (à l’époque nommée Town of York) que le premier service d’ambulance vit le jour… et c’était assez tôt, soit en 1832. Le choléra faisait rage dans cette ville qui atteignait à peine 10 000 habitants (205 morts du choléra en 1832). En 1881, c’était au tour du Toronto General Hospital de démarrer un service d’ambulance. Il est difficile de trouver la date de création du premier service d’ambulance au Québec, mais la Coopérative des Paramédics du Grand-Portage fournit une photo sur son site internet d’une des premières ambulances de la Belle province.

Les ambulances à moteur, quand les kilomètres-heure et la taille comptent

00587014Bien sûr, l’arrivée des moteurs représente un tournant majeur pour les services d’ambulance. On pense aux moteurs à explosion, mais aussi aux moteurs électriques puisque ceux-ci étaient encore une option au tout début du 20e siècle. Voici d’ailleurs sur le site du New York Times une copie d’un communiqué de septembre 1900 annonçant l’achat de deux ambulances à moteurs électriques pouvant atteindre une vitesse de 26 km/h. Avec l’amélioration du moteur à explosion et le faible coût du pétrole, les véhicules peuvent être plus volumineux, mais surtout plus rapides et on sait à quel point la rapidité d’intervention peut sauver des vies. Voici par exemple à droite un modèle d’ambulance vers 1920 à Montréal. Par la suite, la puissance motrice des ambulances ne fera qu’augmenter, mais c’est surtout l’espace qui deviendra important. En effet, on cherche de plus en plus à donner aux ambulanciers le maximum d’équipements médicaux afin d’apporter les premiers soins et de pouvoir rapporter aux services hospitaliers l’état de santé d’un patient de la manière la plus précise possible.

AmbulanceNewDesignLondon

Illustration du nouveau design d’ambulance proposé par une équipe du Royal College of Art de Londres en partenariat avec le NHS London et la University of the West of England.

Au fil des années, c’est le modèle de la cabine haute qui sera le plus adopté par les différents pays pour des raisons évidentes d’espace. Toutefois, le volume disponible d’une ambulance n’est clairement pas le seul critère important concernant la commodité du véhicule, tant pour le personnel médical que pour que les patients. C’est en partant du constat que l’aménagement intérieur des ambulances avait évolué par adaptations et n’était pas assez pratique qu’une équipe de recherche anglaise basée à Londres a proposé de repenser le design d’une ambulance de A à Z. Gianpaolo Fusari et son équipe ont acheté une vieille ambulance en Australie et l’ont complètement démontée afin de réaménager l’intérieur. Le projet est issu du Royal College of Art (Helen Hamly Centre for Design) en partenariat avec le NHS London et la University of the West of England. Voici une courte explication du projet en vidéo.

Dans le futur, d’autres moyens de transport ou d’aide d’urgence ?

Au-delà des véhicules d’urgence sur roues, les ambulances se déclinent bien sûr en hélicoptères ou en bateaux, les premiers étant bien sûr utilisés dans des cas où le ou les blessés doivent être transportés très rapidement à partir de lieux difficilement accessibles et les deuxièmes dans des cas d’urgence en mer. Toutefois, il existe des projets visant à imaginer des véhicules DroneAmbulanceTexteportant secours aux victimes de façon plus rapide et pour des urgences bien spécifiques. Par exemple, les progrès effectués  ces dernières années dans les drones ont inspiré plusieurs projets de quadriptères de secours visant à apporter des médicaments dans des zones reculées, ou encore à amener un défibrillateur sur place de façon beaucoup plus rapide qu’un véhicule sur roues, tributaire de la circulation. Nous avions publié un billet à ce sujet en novembre 2014.

Dans un registre plus frugal et écologique, un jeune ougandais diplômé en ingénierie mécanique de l’université de CABikesBerkeley a créé il y a quelques années CA Bikes dont le principe était de transporter des patients à l’aide de vélos tirant un habitacle protégé. Le projet visait non seulement à construire un véhicule à l’aide de parties recyclées, mais aussi à former professionnellement des personnes. De plus, il s’agissait également de pouvoir atteindre des patients dans des zones reculées en Ouganda. Depuis, Chris Ategeka a renommé son organisme RidesForLives et en a étendu la mission.

Au-delà de l’histoire de ces véhicules sauveurs de vies, il ne faut pas oublier qu’ils sont opérés par du personnel passionné et compétent. Le métier d’ambulancier ou d’ambulancière n’est pas facile et il faut des personnes capables d’endurer un fort stress tout en gardant bien sûr leur sang-froid et leur professionnalisme. Voici le descriptif des services ambulanciers sur le portail Santé Mieux Être du ministère de la Santé du Québec. À noter que dans la Belle province, les techniciens ambulanciers paramédicaux sont les seuls professionnels de la santé sans ordre professionnel.

Saviez-vous que ?

ÉtoileDeVie&textePeut-être avez-vous déjà remarqué le sigle présent sur les ambulances et sur le personnel ambulancier, et ce même dans d’autres pays. Il s’agit de l’étoile de vie (Star of Life). Ce sigle a été créé dans les années 1970 aux États-Unis par Leo R. Schwartz, chef des Services médicaux d’urgence à la National Highway Traffic Safety Administration. On y retrouve au centre le bâton d’Asclépios, symbole de plusieurs professions médicales dans le monde. Les 6 branches de l’étoile représentent chacune des tâches effectuées par les services d’urgence. Il s’agit de la chaîne de secours.

place_histoire_165Hinnovic croit qu’une bonne compréhension d’où nous venons nourrit nos réflexions sur où nous voulons aller. C’est pourquoi nous vous proposons des billets « Place à l’histoire » qui nous permettront de revisiter notre passé pour s’en inspirer ou pour éviter de retomber dans les mêmes pièges !

Auteur : Jérémy Bouchez Hinnovic.org

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.