Hinnovic » 125 000 tours/minute et 20 cents pour sauver des vies ?

125 000 tours/minute et 20 cents pour sauver des vies ?

Selon l’Agence internationale de l’énergie, 1.2 milliard de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’électricité. Beaucoup plus ont un accès de faible qualité ou intermittent. Dans un tel contexte, comment effectuer des tests sanguins à l’aide de centrifugeuses qui requièrent une source d’électricité ?

C’est en effectuant un voyage en Ouganda que Manu Prakash a pris conscience de ce fait. Il voyait des centrifugeuses inutilisables faute d’accès à l’électricité, certaines servant même à bloquer des portes. De retour en Californie, ce professeur de bioingénierie à l’Université Stanford s’est mis en quête de trouver une solution efficace et peu chère afin de remplacer les centrifugeuses dans les pays où l’électricité n’est pas un service de base. Après quelques essais, son attention s’est portée sur un jouet vieux d’un peu plus de 3000 ans av. J.-C., un « Whirligig », une sorte de disque tournant très rapidement grâce à la tension créée par deux cordes qui s’enroulent l’une autour de l’autre. Un « paperfuge » (le nom donné par l’équipe de Prakash) peut atteindre une vitesse de rotation de 125 000 tours/min ce qui est de très loin supérieur aux 20 000 à 30 000 tours/min d’une centrifugeuse de type StatSpin MP.

Séparation du sang dans une mini-éprouvette assemblée sur un paperfuge. Crédit : Nature.

De plus, un paperfuge de base ne coûte que 20 cents contre plus de 2000 dollars US pour une centrifugeuse ! L’équipe de l’Université Stanford a créé des disques de rotation à l’aide d’une imprimante 3D pour un coût toujours dérisoire. Ce système permet de coincer de petits tubes et de séparer le plasma sanguin, permettant par exemple d’isoler et de détecter en 90 secondes le parasite responsable du paludisme qui a infecté environ 214 millions de personnes dans le monde en 2015 et en a tué 440 000, la plupart dans la région Afrique (OMS, 2015).

Voici donc un très bel exemple d’innovation frugale dans le secteur de la santé. On peut également se demander si cette invention n’aurait pas sa place dans les pays riches. Tout du moins, il convient de réfléchir sur la pertinence de se doter de technologies de plusieurs milliers de dollars quand il suffit de quelque cents pour réaliser un test sanguin par centrifugation.

Voici également le reportage de la chaîne Youtube de la revue Nature :

 

RÉFÉRENCES

 

Auteur : Jérémy Bouchez
Hinnovic.org

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires modérés. Les commentaires hors sujet seront effacés.

Email this to someoneTweet about this on Twitter3Share on Facebook5Share on LinkedIn1Imprimer